Search
lundi 26 juin 2017
  • :
  • :

Drame de l’Aube : l’entreprise MGE sous le choc.

image_pdfimage_print
Photo AFP François Nascimbeni

Six personnes dont cinq enfants âgés d’une dizaine d’années ont été tuées mardi après-midi et cinq autres blessées, dans une collision frontale avec un poids lourd des MGE (Magasins Généraux Épinal) mardi après-midi sur une route départementale de l’Aube, près de Troyes.

(Lire notre article)

À Chavelot, au siège de l’entreprise, tous les salariés sont bien entendu sous le choc. Le Transporteur et les pouvoirs publics ont mis en place une cellule de soutien psychologique et une salle de recueillement a également été aménagée.

Les salariés étant souvent eux aussi des pères et des mères, leurs premières pensées sont allées aux parents des victimes pour lesquels ils éprouvent une grande compassion. De nombreux messages de soutien leur ont été adressés. Depuis hier 23 juillet l’entreprise a fait paraitre sur son site un message à destination des victimes:

Selon Anne-Claire Goulon, directrice générale adjointe de MGE qui s’est confiée à L’Officiel des Transporteurs, le chauffeur aurait contacté son supérieur hiérarchique dans la minute qui a suivi l’accident puis  « ça été le trou noir ». Il devrait être pris en main dès aujourd’hui par un psychiatre. « On craint la redescente. On le protège » a-t-elle ajouté.

Philippe Virtel, le patron de MGE a été lui aussi largement sollicité par les médias pour s’exprimer sur ce drame.

Le patron dont l’entreprise a été élue Transporteur de l’Année 2013, est abattu mais ne doute pas de son chauffeur qui est « un garçon bien » et « propre » tant en ce qui concerne son hygiène de vie (ndlr :Les examens d’alcoolémie se sont d’ailleurs révélés négatif) que sur la gestion de sa vitesse (ndlr : le plus souvent MGE impose le 80 km/h sur autoroutes à ses chauffeurs)

Et de préciser que la flotte de l’entreprise « est en parfait état ».

Malgré le drame et, la décence et prudence qui auraient dû l’accompagner, certains médias et internautes n’ont pas tardé à placer le feu des projecteurs sur le chauffeur du camion, un homme qui n’a finalement, jusqu’à preuve du contraire apportée par l’enquête en cours, qu’eut le « tort » de se trouver là au moment de l’accident.

Un auditeur de RMC qui s’exprimait hier sur les ondes, est allé jusqu’à incriminer le conducteur du poids lourd, préjugeant ouvertement qu’il ne devait probablement pas (comme tous les routiers -sic) être en règle avec ses temps de pause…. Des allégations ne reposant absolument sur rien (comme le lui ont fait remarquer les animateurs) et que son auteur justifiait d’un « si j’étais à la place des parents des victimes… ».

Il est étonnant de voir comment dans notre société, chaque chose doit trouver une explication, un coupable, et ce dans l’instant Doit-on tout expliquer, tout comprendre ?

Dans le cas de ce drame, l’enquête apportera probablement un certain nombre de réponses. Pour l’heure, il serait bienvenu d’être patient et de garder une certaine réserve.

De manière générale, il serait peut être bon aussi parfois d’accepter « la fatalité », et de ne pas chercher forcément à tout comprendre et à trouver nécessairement un ou des coupables.

Car parfois tout simplement, il n’y a pas de « coupable ».

Lire tous les propos recueillis par L’Officiel des Transporteurs

ACCÉDER A L’ÉDITION COMPLÈTE DU JOURNAL ÉPINAL INFOS




Une réaction sur “Drame de l’Aube : l’entreprise MGE sous le choc.

  1. sayer

    c’est malheureux pour ces enfants et pour l’accompagnateur , mais c’est un accident il ne faut pas incriminer qui que se soit dans cette accident, quand à l’entreprise MGE et une entreprise reconnue pour sont sérieux et très sévère sur les temps de pause de leurs chauffeurs, et sur leur vitesse car si ont un PV c’est le chauffeur qui le paie le disque sur leur camion indique tous ses arrêts et pause il ne faut pas toujours critiquer les professionnel de la route qui ont un bien dur boulot et son confronter a tous danger journellement sur la route.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *