Search
mardi 25 avril 2017
  • :
  • :

Un nouveau contrat d’éclairage public pour réduire la facture énergétique.

image_pdfimage_print

Contrat_Eclairage_Public_02C’est jeudi 3 juillet 2014 qu’un nouveau contrat d’éclairage public a été signé, concernant 1848 des 5600 points lumineux que compte la ville de Saint-Dié-des-Vosges, par le maire David Valence et Marc Cheville, directeur délégué pour la Région Est chez Cofely Ineo, du groupe GDF-Suez. D’une durée de 9 ans, pour un coût total de 2,7 millions d’euros, soit 300 000 euros par année, un montant équivalent au précédent contrat, il permettra cependant de réduire substantiellement la facture énergétique des secteurs concernés, avec pour objectif d’atteindre jusqu’à 50% d’économies sur le montant, qui était jusqu’alors de 144 000 euros. En effet, sur toute la durée du contrat, le prestataire s’est engagé à équiper lesdits 1848 points lumineux de la technologie LED, bien plus économique que les lampes à vapeur de sodium actuellement en service dans les rues. Il est cependant à noter que les candelabres restent et resteront propriété de la ville. Un marché attribué via une procédure adaptée, où Cofely Ineo assurera une prestation de type CREM (Conception, Réalisation, Exploitation, Maintenance), c’est à dire que les 300 000 euros de coûts annuels comprendront l’investissement et la maintenance de l’équipement. Concrètement, il n’y aura pas de surcoût éventuel à assumer pour la ville, le budget alloué au service restera fixe.

Contrat_Eclairage_Public_01Initié par l’ancienne équipe municipale, lors de son ultime Conseil Municipal le 7 mars 2014, ce partenariat avec Cofely Ineo a été longuement étudié par David Valence et son équipe avant d’être avalisé, afin d’obtenir un certain nombre de garanties, parmis lesquelles le respect des ambiances de la ville, notamment la rive gauche, l’un des rares secteurs épargné par l’incendie de 1944, que l’équipement en lampes LED se fasse en priorité sur les rues les plus énergivores, dont la rue de la Bolle fait partie, et que le contrat soit globalement conforme aux lois Grenelle I et Grenelle II. Il s’est par ailleurs rendu dans la ville de Beaune en Bourgogne, accompagné de Patrick Zanchetta, actuel adjoint aux travaux, pour s’assurer que l’emploi des lampes à LED ne dénaturait pas le paysage urbain. Car c’est à Beaune que Cofely Ineo s’occupe, entre autres, de l’éclairage public, ainsi qu’à Epinal, Dijon, Epernay… Fort de 300 agences et 33 directions de régions, Marc Cheville a tenu à préciser hier après-midi lors de la signature du contrat que Cofely Ineo restait paradoxalement une entreprise locale, proche de ses clients, avec des implantations sur certains secteurs remontant à plus de 35 ans. Une présence sur le terrain et une proximité avec ses clients essentiels selon lui. C’est pour cela qu’une petite équipe sera basée à Saint-Dié-des-Vosges, dans les locaux de la Lyonnaise des Eaux, et qu’un personnel, résidant en Déodatie et auparavant au chômage, sera formé durant 18 mois, aux frais de Cofely Ineo, pour intervenir sur le réseau déodatien. Une décision de formation impulsée par David Valence. La question de l’éclairage public de la ville et son coût n’est cependant pas close, puisqu’une solution est à l’étude pour baisser la facture d’électricité de l’éclairage de la Tour de la Liberté, estimé à pas moins de 140 000 euros annuels !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *