Search
jeudi 17 août 2017
  • :
  • :

Conseil Municipal : la situation financière de Saint-Dié-des-Vosges est pour le moins délicate.

Le Conseil Municipal déodatien qui s’est déroulé hier soir à l’Hôtel de Ville était pour le moins attendu par un grand nombre de Déodatiens. En effet, c’est au cours de celui-ci que le maire David Valence devait divulguer les chiffres du rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC), constituant par la même occasion le premier volet des Conseils Municipaux dits « financiers ». La CRC est un organisme d’Etat, ses membres étant des magistrats, de fait la validité de ces conclusions ne peuvent être remises en cause. Elle exerce sur les collectivités territoriales une triple compétence, de jugement des comptes des comptables publics d’une part, mais également d’examen de la gestion et de contrôle budgétaire et d’évaluation des politiques publiques d’autre part, ainsi que des conditions de leur mise en oeuvre au niveau local par leur contribution aux enquêtes thématiques. Un contrôle qui n’a rien d’exceptionnel en soi, et qui concerne dans le cas présent les années 2006 à 2011. Mais les conclusions de ce rapport sont telles que l’actuelle équipe municipale a commandé un audit externe pour les années suivantes, soit 2012, 2013 et début 2014, qui sera quant à lui rendu public en octobre prochain.

Des conclusions qui ont monopolisées l’attention hier soir, avec des chiffres pour le moins édifiants qui attestent de la situation économique très compliquée dans laquelle se trouve actuellement Saint-Dié-des-Vosges. Bien entendu, le dossier « AquaNova America » a été mentionné, où le contrat de partenariat public-privé qui permit la création « rapide » de ce projet s’avère plus coûteux qu’une maîtrise publique classique, de l’ordre de 8 millions d’euros. A l’investissement de départ de 12 millions d’euros de la part de la Ville pour la construction du centre aqualudique, il faut y ajouter les 900 000 euros de charges annuelles durant 25 ans, durée du contrat-partenariat. Par rapport à la piscine municipale désormais détruite, cela représente pas moins de 600 000 euros de coûts annuels supplémentaires. Si l’on additionne cela au coût associé à la baisse de 5% des impôts consentie par l’ancienne équipe municipale, 700 000 euros de recettes par an en moins dans les caisses de la Ville, on arrive à une capacité d’autofinancement au 31 décembre 2013 non pas nulle, mais négative. Ce qui signifique tout simplement que la Ville n’a pas la capacité d’investir sans avoir recourt à l’emprunt.

De plus, un litige oppose la Commune aux écoles privées primaires et maternelles, au titre du financement des écoles, qui n’a pas fait l’objet d’un provisionnement et qui s’élève à 1,6 millions d’euros. N’oublions pas les 5 emprunts toxiques déjà évoqués par le passé, qui représentent plus de 60% de l’encours de la dette et qui constituent un risque financier très important. A cela il faut ajouter la situation de la Ville au niveau des heures supplémentaires de ses agents qui s’est dégradée au fil des années, avec un nombre augmentant de 36% entre 2005 et 2010, pour un coût en hausse de 70% sur la même période. En 2010, elles étaient équivalentes à 13 temps plein.

En conséquence, la dette par habitant est une fois et demi supérieure à la moyenne de la strate dans laquelle Saint-Dié-des-Vosges se situe, c’est à dire par rapport aux autres villes françaises d’une taille similaire. Le ratio d’endettement est estimé à 2 242 euros par habitant, soit 88% supérieure à la moyenne de la strate. L’endettement a certes baissé de 4,2 millions d’euros sur la période allant de 2011 à début 2014, mais pour se faire l’ancienne municipalité a vendu des biens pour une somme totale de 8,5 millions, ce qui fait qu’actuellement les perspectives de liquidation d’actifs sont des plus limitées. Les marges de manoeuvres pour endiguer cette situation sont ainsi très minces, Saint-Dié-des-Vosges devant gérer ses finances avec une politique drastique de gestion de ses charges. Une situation jugée « extraodinairement compliquée financièrement » par le maire David Valence, qui souhaite réduire fortement les dépenses de la ville, tout en sachant que cela ne suffira ni à équilibrer la situation ni à remonter la pente. « Mais ce tableau peu réjouissant ne doit pas nous faire baisser la tête » a t-il poursuivi, sachant en arrivant à cette place que la situation de la ville était très compliquée, et qui implique de « faire preuve d’inventivité et de courage ». Mustafa Guglu, président du groupe « Saint-Dié Avenir », a par ailleurs rappelé que « Saint-Dié-des-Vosges a vécu durant des années très au dessus de ses moyens, où tout a été fait pour dégager de la trésorerie. L’art a été de reporter dans le temps le paiement de la note. »

Pas de débat houleux cette fois-ci entre la Majorité et l’Opposition emmenée par Serge Vincent, où les 5 questions posées en fin de séance par les membres de son équipe concernaient d’autres dossiers sensibles, nommément « Campwood », où la municipalité va tout faire pour récupérer soit l’argent soit le terrain de l’ancien camping, le projet de construction d’EHPAD à l’emplacement de l’ancienne piscine municipale initié par l’ancienne équipe municipale, au point mort puisque la démarche n’est pas engagée auprès du Conseil Général, ou la situation financière complexe de la Société d’Equipement Vosgienne (SEV), qui a été utilisée par l’ancienne municipalité comme une ligne de trésorerie. Le tableau n’est cependant pas si noir, preuve en est le travail conjoint de Saint-Dié-des-Vosges avec les autres communes membres de la Communauté de Communes des Vallées de la Haute Meurthe, qui est en bonne voie de voir son nom changer en Communauté de Communes de Saint-Dié-des-Vosges. Un signe jugé « très fort » par le maire, un réel pas en avant, impensable il y a encore quelques mois, compte tenu de la méfiance qui régnait à l’égard de la ville (voir notre précédent article à ce sujet).

Pour finir, David Valence s’est dit fier du travail accompli par son équipe après bientôt 5 mois d’exercice, un travail réalisé avec le concours des services municipaux, dans un souci constant d’oeuvrer pour le bien et les deniers publics, avec une logique de proximité, d’humilité et de réactivité. Rendez-vous à la fin du mois de septembre pour un second Conseil Municipal « financier ».




4 réactions sur “Conseil Municipal : la situation financière de Saint-Dié-des-Vosges est pour le moins délicate.

  1. Laurent Toussaint

    Pour résumer, le résultat d’une gestion PS , des gens hors du temps , hors de la réalité , juste là pour pomper jusqu’au bout le peu qu’il nous restait

    répondre
  2. BERNARD

    1944-2014 Saint Dié ville martyr

    1944 : les Allemands détruisent la moitié de la ville tandis qu’au col les Américains attendent leur départ pour libérer la ville
    2014 : un quart de siècle de gestion calamiteuse durant lequel les autorités de contrôle font montre d’un grand …attentisme
    1944 : il a fallu 30 ans pour reconstruire la ville
    2014 : il faudra 30 ans pour sauver la ville
    1944 : on a vécu dans des baraques
    2014 : va-t-on revivre dans des baraques ?
    1944 : merci oncle Sam
    2014 : merci qui ?

    répondre
  3. Major

    Tous ses chiffres peuvent donner le tournis . La réalité était connue et dénoncée de longue date par nombres de personnes . Un conseil municipal aveugle a laissé l ancien maire et ses affidés faire n importe quoi. Mais qui va payer? Vous les habitants de St Die car moi j ai eu la bonne idée d aller ailleurs. Les bijoux de famille ont été dilapidés maintenant les successeurs vont galèrer pour rétablir la situation. Il faudra bien 10 années pour revenir à l équilibre soit près de 2 mandats. Alors de grâce ne tirez pas sur les arrivants qui doivent redresser la situation. Bon courage à eux et à vous…..

    répondre
  4. Dom

    Il est certain qu’en matière de dette, l’UMP en connaît un rayon si on se réfère aux 600 milliards supplémentaires accumulés entre 2007 et 2012 au niveau national. Dette dont nous payons aujourd’hui les conséquences avec une marge budgétaire plus que réduite et une politique fiscale des plus désagréable. A bon entendeur …

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *