Search
mercredi 22 nov 2017
  • :
  • :

Le 27 août 1914, l’armée allemande entrait à Saint-Dié-des-Vosges.

Cela fait un siècle jour pour jour, puisque ce fut le jeudi 27 août 1914 que l’armée allemande du Kaiser Guillaume II occupa Saint-Dié-des-Vosges durant une quinzaine de jours, devant battre en retraite dès le 10 septembre suivant. Le 26 août dès 6h du matin l’artillerie grondait aux alentours de la ville, secouée par les obus de 150, l’arrivée des Allemands était alors imminente. Les fantassins et chasseurs français présents sur place essayèrent tant bien que mal de protéger la ville, au moyen de barricades de fortune… L’ennemi, bien installé sur les hauteurs du massif de l’Ormont surplombant la vallée déodatienne, passa par la forêt au sud des Raids et arriva à Saint-Dié-des-Vosges par la rue Thurin, sur les coups de midi. C’est à peine sur les lieux qu’ils bafouèrent l’article 23 de la Convention de La Haye, en utilisant un certain nombre de déodatiens comme boucliers humains face aux troupes françaises. Le 28 août, les officiers allemands prirent possession de la maison municipale. Mais ils n’ont pas eu la possibilité de s’installer durablement à Saint-Dié-des-Vosges, puisque les combats font alors rage et que les Allemands souhaitaient lancer une percée en direction d’Epinal, qui échoua. Point névralgique du secteur déodatien, le secteur des « Tiges », où se situe aujourd’hui la nécropole nationale déodatienne, fut défendue avec succès. Les Allemands opérèrent une retraite stratégique sur la rive droite de la Meurthe et quittent ainsi la ville le 10 septembre. Le lendemain, les troupes françaises entrent à Saint-Dié-des-Vosges, de nuit, chaudement accueillies par les habitants.

Une brève occupation relatée en détail par Raoul Allier, professeur honoraire de l’Université de Paris, dans son ouvrage « Les Allemands à Saint-Dié », paru en 1918 et préfacé par le général Henri De LaCroix. Un ouvrage aujourd’hui toujours disponible puisque ré-édité, consultable en intégralité et gratuitement en format numérique via Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6518679m

Le bulletin de la Société Philomatique Vosgienne 1927-1928 relate également ces événements.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *