Search
lundi 26 juin 2017
  • :
  • :

Une reconversion dans l’artisanat du bois effectuée avec brio !

image_pdfimage_print

Bernadette Marchal, Déodatienne et ancienne éducatrice de métier, a décidé de se reconvertir, la cinquantaine passée, dans l’artisanat du bois via BernaCréation. Une reconversion professionnelle désirée depuis un certain temps, mais c’est à la suite de diverses recherches sur Internet que son choix s’est arrêté sur cet artisanat, plus particulièrement la réalisation de jeux, jouets et cadeaux. Aimant travailler de ses mains depuis toujours, pratiquant la peinture de longue date, elle désirait se consacrer d’avantage au travail manuel. N’ayant jamais réellement travaillé le bois au préalable, cette reconversion peut sembler de premier abord surprenante, mais elle s’explique par le fait que son père et son grand père le travaillaient autrefois. L’artisanat du bois ne s’improvisant pas, c’est pourquoi elle suivit au début de l’année 2011 une formation de découpe artistique dans le Jura, avec comme spécialité technique l’injection d’encre dans le bois, la sublimation. Il lui fallut outre cette formation environ 6 mois pour acquérir réellement la technique de sublimation d’une part, et toutes les autres nécessaires à ce type d’activité, car cela cela requiert patience, rigueur et méticulosité. Il faut par exemple se montrer très précis au niveau de la découpe.

Une activité qui a de plus nécessité un investissement financier relativement lourd, puisqu’il a fallu acheter non seulement les différents outils nécessaires, entre autres des machines pour le découpage et le ponçage, un compresseur, une presse pour sublimer, une imprimante professionnelle spécifique, mais également les consommables, en particulier le bois issu du massif vosgien, matière première indispensable, ainsi que l’encre. Il faut aussi garder à l’esprit que Bernadette Marchal se conforme aux normes européennes (CE) en vigueur de la manière la plus scrupuleuse possible, via un registre de traçabilité. En clair, sur chacun des jeux et autres manèges qu’elle produit, un numéro de lot y est apposé, et le tout est consigné au sein du registre. Des normes qui concernent bien sûr l’encre utilisée, mais également la puissance mécanique ou bien encore la longueur des ficelles équipant certaines de ses créations.

Au départ, conciliant son ancien emploi à sa nouvelle activité via un mi-temps, c’est aujourd’hui à temps plein qu’elle se consacre à l’artisanat du bois, répartissant son temps entre son point de vente situé rue des 3 Villes à Saint-Dié-des-Vosges, son atelier situé au sous-sol de ce dernier et les nombreux marchés locaux et autres festivals auxquels elle participe, dans les Vosges bien entendu, mais aussi en Meurthe-et-Moselle, Moselle et Alsace. Vous pourrez par ailleurs retrouver Bernadette Marchal et une partie de ses créations lors des marchés nocturnes artisanaux déodatiens de cet été. Des journées bien remplies, scindées généralement en 2, le matin étant consacré à la confection de ses réalisations, et l’après-midi au point de vente, durant lesquelles elle est épaulée par son mari, désormais à la retraite, qui s’occupe quant à lui de la partie menuiserie et qui aide à la mise en place de la traçabilité.

Venons en aux créations de madame Marchal à proprement parler, où l’on peut affirmer sans sourciller que la variété est de mise, autant sur les modèles que sur les différents supports utilisés. Concernant les modèles, elle utilise aussi bien une collection d’images dont elle acheta les droits lors de sa formation, représentant divers animaux, que ses propres créations, qu’elle peint à la gouache puis numérise ensuite, sans oublier les diverses requêtes de clients, puisqu’elle réalise également des créations sur demande. Des créations personnelles qui au fil du temps tendent à être de plus en plus nombreuses, provenant soit d’idées spontanées, de suggestions de clients ou de passants lors des marchés, notamment des enfants. Ainsi, elle peut associer sa pratique de la peinture et du dessin au sein de sa nouvelle activité, permettant par la même occasion d’étendre son offre. C’est ce que l’on appelle mêler l’utile à l’agréable ! Les supports évoluent aussi au fil du temps et des idées… On citera pêle-mêle et de manière non exhaustive des pendentifs, magnets, mobiles, manèges, boîtes à dents, et bien entendu des dominos, puzzles et de très nombreux jeux, dont le fameux « jeu de pêche », visible sur la première photo illustrant l’article, qui remporte un franc succès. Un certain nombre d’entre eux sont éducatifs, permettant ainsi de travailler avec des écoles maternelles, ludothèques, crêches, haltes-garderies et même des instituts non spécialisés dans l’enfance, comme la Maison du XXIe siècle. La participation au festival du jeu d’Epinal de Bernadette Marchal a même permis la réalisation conjointe d’un jeu original, main dans la main avec son concepteur, le « jeu de la forêt », qui se décline en 3 volumes (bientôt 4) et qui permet via des questions d’approfondir ses connaissances sur la forêt, les champignons et les animaux chassables. Concluons en saluant cette reconversion professionnelle réussie, d’autant plus qu’elle s’est effectuée au profit d’un artisanat à l’état pur.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *