Search
mercredi 23 août 2017
  • :
  • :

Rencontre entre les membres du comité « pour l’arrêt des bus à Lusse » et le sous-préfet de Saint-Dié-des-Vosges ce jeudi.

Le comité lussois « pour l’arrêt des bus à Lusse » milite depuis maintenant quelques années afin que les autocars de la ligne TER Saint-Dié-des-Vosges – Sélestat effectuent un certain nombre d’arrêts dans cette petite commune de 449 habitants, sur laquelle se situe l’entrée vosgienne du tunnel Maurice Lemaire. L’objectif est de désenclaver le village, en permettant à ceux qui n’auraient pas de véhicules – ou qui ne pourraient tout simplement pas conduire – de pouvoir par exemple se rendre à Saint-Dié-des-Vosges pour un rendez-vous médical ou pour effectuer des courses. La première réelle victoire pour ce collectif fort d’une trentaine de membres eut lieu au début de cette année, à la suite de la réunion du 4 janvier 2014 qui s’est tenue à la préfecture des Vosges d’Epinal, en présence de représentants des différentes parties impliquées (les régions Alsace et Lorraine, APRR, le collectif, etc.), puisqu’ils y ont obtenus une expérimentation – d’une durée de 12 mois – des arrêts de bus dans Lusse, effective depuis la mi-février dernière. De fait, il y a actuellement 6 arrêts à Lusse – 3 dans chaque sens – à différents horaires de la journée, et ce pour les 5 jours de la semaine. Une décision proposée par le préfet des Vosges Gilbert Payet, dont les membres du collectif ont salué son implication dans ce dossier, de même que celle de son directeur de cabinet Fayçal Douhane. Le collectif tient par ailleurs à également saluer l’implication de la population.

De la fin février à mai 2014, ce sont 102 utilisateurs qui ont emprunté les autocars de la ligne reliant les Vosges à l’Alsace à partir des arrêts lussois. Un chiffre jugé « forcément positif » par Fritz Lucien, animant le collectif depuis sa genèse. Ne voulant pas s’en tenir à ce premier résultat, les membres du collectif ont formulé en juin dernier de nouvelles propositions d’arrêts, à savoir 3 arrêts supplémentaires en semaine – 1 de plus vers Sélestat, à 16h23, et 2 vers Saint-Dié-des-Vosges, à 9h16 et 17h16 – et 4 pour chaque jour du week-end, respectivement 2 vers Sélestat, à 10h19 et 15h59, et 2 vers Saint-Dié-des-Vosges, à 13h20 et 19h19. Des dessertes qui permettraient en outre des correspondances vers Epinal, Nancy et Strasbourg – via Sélestat – et qui contribueraient assez fortement au désenclavement amorcé par les premiers arrêts mis en place en début d’année. De plus, et pour augmenter la fréquentation des dessertes, le collectif propose que la ligne TER desserve également l’arrêt gare Fresseux-Frapelle. C’est principalement pour discuter de ces nouvelles propositions que Yves Camier, sous-préfet de Saint-Dié-des-Vosges, a reçu hier matin dans les locaux de la sous-préfecture 5 des membres du comité lussois. Un rendez-vous sollicité par ces derniers, où l’occasion a été de faire un rapide point sur la situation actuelle, mais aussi de formuler le souhait qu’une nouvelle « table ronde », similaire à celle du 4 janvier 2014, soit organisée avec les différents décideurs avant le mois de février 2015.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *