Search
jeudi 24 août 2017
  • :
  • :

Union Pour Saint-Dié : « Rigueur oui, austérité non ! »

Ce mercredi, le groupe d’opposition d’Union Pour Saint-Dié s’est dit plus que jamais présent pour servir les intérêts des Déodatiens, faisant force de proposition pour permettre à la ville de sortir de la situation délicate dans laquelle elle se trouve à l’heure actuelle. Forte de 42% aux dernières élections municipales, la liste citoyenne – puisque sans étiquette politique – s’estime plus que légitime sur la scène politique déodatienne, bien que son chef de file Serge Vincent déplore « une importante perte d’espace de l’opposition à Saint-Dié-des-Vosges ». Ne souhaitant cependant pas entrer en conflit ouvert avec le maire David Valence et son équipe de Saint-Dié Avenir, les membres d’Union Pour Saint-Dié travaillent sans discontinuer afin d’apporter des solutions pour que les classes moyennes et les familles reviennent habiter à Saint-Dié-des-Vosges. Pour y parvenir, la seule solution envisageable et viable selon UPS est d’opérer une baisse significative des impôts locaux. Par ailleurs, les Déodatiens ont pu constater en recevant leurs avis de taxe d’habitation et de taxes foncières – au delà d’une présentation quelque peu différente due l’intercommunalité – une baisse des montants par rapport à l’an dernier, baisse décidée lors de la précédente mandature, votée par Union Pour Saint-Dié et jugée absolument nécessaire par ces derniers pour endiguer l’exode des habitants.

Toujours selon le groupe d’opposition, la politique de désendettement prônée par l’actuelle majorité est impossible à mettre en oeuvre à court terme, au vu du passif désastreux laissé par le précédent maire Christian Pierret, craignant de plus que David Valence contracte de nouveaux emprunts pour combler les trous. Serge Vincent et son équipe ont par ailleurs assuré être au courant depuis maintenant longtemps de la situation financière dans laquelle se trouve Saint-Dié-des-Vosges, et ce bien avant la publication du rapport de la Cour Régionale des Comptes et du futur audit privé – dont les conclusions seront révélées lors du prochain Conseil Municipal qui se tiendra le 25 octobre prochain. Afin de relancer l’attractivité de la ville, permettant par extension une augmentation de la population et à terme une baisse de la dette par habitant, Union Pour Saint-Dié propose 3 mesures pour y parvenir :

  • La poursuite de la baisse de la taxe d’habitation (-5% pour 2015).

  • Une baisse de la taxe d’aménagement, pour inciter à construire (ou à s’agrandir) dans notre ville.

  • Une très forte baisse du prix de l’eau, aujourd’hui l’un des plus chers de France.

Un allégement fiscal dont le financement réside selon eux dans une politique volontaire de réduction des charges de fonctionnement et du « train de vie » de la mairie, regrettant par la même occasion certaines des mesures prises par le groupe Saint-Dié Avenir, telles que le recrutement d’un directeur de cabinet et d’un directeur adjoint; des embauches injustifiées de personnes proches du maire; un nombre d’adjoints trop important pour la taille de la ville; des indemnités globales annuelles du maire pour ses différentes fonctions dépassant les 80 000 euros. Enfin, estimant que le redressement de la situation de la ville ne doit pas passer par un accablement des Déodatiens via d’injustes mesures d’austérité, bien qu’une certaine rigueur soit néanmoins de mise, le groupe Union Pour Saint-Dié souhaite également éviter que ne s’installe durablement un sentiment de pessimisme et de défaitisme chez les habitants.

J.J.




3 réactions sur “Union Pour Saint-Dié : « Rigueur oui, austérité non ! »

  1. Colin

    Quelle démagogie! C’est consternant. A qui va-t-on faire croire qu’on peut trouver 5 millions du jour au lendemain en réduisant des indemnités d’élus? On prend vraiment les Deodatiens pour des idiots en écrivant cela…

    répondre
    1. Christine

      Bonjour
      comment savez-vous qu’il faut 5 millions d’euros? Vous semblez bien informé. Les élus de la majorité ne peuvent pas demander aux Déodatiens de faire des efforts sans eux même montrer l’exemple. Aucune démagogie dans l’exemplarité.

      répondre
  2. Yvon

    Colin raisonne de la même manière que plein de politiciens, énarques et autres « élites » (les gens bien, donc, pas comme nous) : lorsqu’ils font toujours payer les mêmes, c’est-à-dire ceux qui bossent dur pour gagner pas grand chose à la fin du mois, c’est pour eux du « courage politique » ; mais quand on demande à ces mêmes politiciens de montrer un peu l’exemple en arrêtant de vivre au-dessus de NOS moyens, à nous les contribuables, c’est bien sûr de la « démagogie » !

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *