Search
mercredi 18 oct 2017
  • :
  • :

Visite des élus à la Maison de l’Enfance Françoise-Dolto ce lundi.

Première visite officielle cet après-midi pour David Valence à la Maison de l’Enfance Françoise-Dolto depuis sa victoire aux élections municipales déodatiennes en mars dernier, bien qu’il s’y soit déjà rendu une première fois de manière officieuse auparavant. Présent en qualité de maire de Saint-Dié-des-Vosges, mais également en tant que président de la Communauté de Communes et président du CCAS – la Maison de l’Enfance est gérée par cet organisme – il était accompagné de l’adjointe au maire aux questions relatives notamment à la Famille et aux Affaires Sociales Françoise Legrand, des conseillers municipaux délégués auprès de madame Legrand Roselyne Froment et Issam Benouada, ainsi que du conseiller régional et directeur du CCAS Jean-Marie Lalandre. Une visite qui a permis de visiter les lieux et de rencontrer le personnel – l’établissement emploie en tout 25 personnes, tous diplômés dans le domaine de la petite enfance – et de faire le point avec Elisabeth Baradel, directrice des lieux. Convaincu que l’accueil de la petite enfance est un enjeu très important, véritable levier du taux de natalité, David Valence souhaitait discuter notamment de l’avenir de cette maison d’accueil.

La directrice de l’établissement Elisabeth Baradel auprès de Françoise Legrand et de Jean-Marie Lalandre.

Fondée en octobre 1989, la Maison de l’Enfance Françoise-Dolto fête ce mois-ci ses 25 ans d’ancienneté, plus de 2 décennies durant lesquelles l’établissement a du s’adapter à l’évolution de la société, tout en restant à l’écoute des besoins des familles, qui ont eux aussi évolués. Car s’il y a une vingtaine d’années beaucoup de mères de famille travaillaient à temps plein, c’est de moins en moins le cas à l’heure actuelle, faute à une conjoncture économique plus morose que dans les années 90, causant par extension une précarité de l’emploi accrue. Mais une chose est restée immuable, c’est que la Maison de l’Enfance est restée, selon les mots d’Elisabeth Baradel, « une maison communale, au coeur de la cité, qui a pour mission d’accueillir les enfants mais d’accueillir également les joies et les peines des familles ». Des problématiques qui ont changées au fil du temps mais qui ne remettent cependant pas en cause l’existence de l’établissement ni de son effectif, que le premier magistrat souhaite seulement faire évoluer pour répondre au mieux aux enjeux actuels, car l’équipement, bien que des plus fonctionnels et en très bon état, à un coût de fonctionnement néanmoins important, à hauteur d’un million d’euros par an. Une évolution somme toute nécessaire et logique pour cette maison qui accueille pas moins de 13 000 personnes chaque année, car elle refléte simplement « la vie qui change, comme les enfants qui grandissent » comme l’a fait remarquer le maire. Rien n’est encore décidé, mais David Valence a apporté quelques pistes de reflexions, dont un transfert de la compétence « petite enfance » à la Communauté de Communes, qui regrouperait ainsi d’autres établissements du territoire, dont ceux de Fraize et de Saint-Léonard.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *