Search
mardi 24 oct 2017
  • :
  • :

70 ans après, deux des libérateurs américains sont revenus à Saint-Dié-des-Vosges.

Franck Lawrence et Cranston Rogers.

Messieurs Cranston Rogers et Franck Lawrence étaient âgés de respectivement 19 et 20 ans lorsqu’ils entrèrent au mois de novembre 1944 dans une ville de Saint-Dié ravagée par les flammes. Tous deux des « cactus men » – surnommés ainsi car ils servirent dans la 103ème Division d’Infanterie Américaine, la « Cactus Division » – le premier était alors un jeune sergent lorsqu’il participa à la Libération de la ville. Une fois la campagne en Europe terminée il fut envoyé dans le Pacifique pour combattre l’armée impériale japonaise, mais l’Empereur Hirohito capitula avant. Vétéran du second bataillon d’infanterie du 409 régiment de la 103ème Division d’Infanterie, il resta dans l’armée après la Seconde Guerre mondiale, puisqu’il fut officier de réserve dans le Génie jusqu’en 1978, qu’il quitta au grade de colonel. Résidant à Boston dans le Massaschussets, Cranston Rogers fut dans la vie civile un architecte rénommé et a été président de l’association américaine des architectes de même que celle des architectes militaires. Il est actuellement président de l’association de la 103ème Division d’Infanterie.

Franck Lawrence, originaire de San Francisco en Californie, était quant à lui un sergent artilleur, observateur avancé de son bataillon dont la mission était de pilonner les positions de la Wehrmacht au canon de 105 mm. Avec le reste de son unité, il participa aux premières opérations de déblaiement et de nettoyage de Saint-Dié, aidés de Déodatiens. Il fut particulièrement touché par l’ampleur des dégâts causés par les Allemands avant leur départ, et prodigua sans tarder des soins aux populations avant même d’installer les transmissions nécessaires à la communication avec les états-majors d’autres unités. Après Saint-Dié, il prit part aux combats de la bataille des Ardennes, puis se rendit en Bavière, en Autriche et en Italie, restant affecté en Europe jusqu’à la fin du conflit. Aujourd’hui décédés, deux autres vétérans de la « Cactus Division » était également représentés pour ce 70ème anniversaire : James Cunnaly, représenté par sa fille Patricia Lofthouse, trésorière de l’association de la 103rd Infantry Division et Thaddeus Francis Partynski, représenté par sa veuve Grace Partynski.

S’exprimant à plusieurs reprises durant le week-end, messieurs Rogers et Lawrence se sont dit fiers d’être présents pour ce grand moment déodatien, s’estimant par ailleurs chanceux d’être encore en vie 70 ans après leur première venue en terres vosgiennes. Cependant, leur âge avancé n’a en rien érodé leurs souvenirs qu’ils gardent de ces événements vécus il y a de cela plusieurs décennies, racontant de manière très précise et minutieuse les manoeuvres militaires auxquelles ils participèrent dans le secteur de Saint-Dié en novembre 1944. D’autres vétérans de la 103ème Division d’Infanterie ont tenu à témoigner ces célébrations mais n’ont pu être présents physiquement – notamment pour raisons de santé – tel Merlin Metzger, très fier d’avoir pu prendre part à la libération de la France du joug nazi. Ne présentant pas un intérêt stratégique important, d’autant plus que l’armée américaine souhaitait se rendre de l’autre côté du Rhin le plus rapidement possible, la Libération de Saint-Dié par ces valeureux soldats venus d’Outre-Atlantique est due en grande partie à son statut de marraine de l’Amérique.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *