Search
vendredi 24 nov 2017
  • :
  • :

« El Gusto », où comment améliorer le vivre ensemble à travers la musique.

« La bonne humeur – el gusto – caractérise la musique populaire inventée au milieu des années 1920 au coeur de la Casbah d’Alger par le grand musicien de l’époque, El Anka. Elle rythme l’enfance de ses jeunes élèves du Conservatoire, arabes ou juifs. L’amitié et leur amour commun pour cette musique qui « fait oublier la misère, la faim, la soif » les rassemblent pendant des années au sein du même orchestre jusqu’à la guerre et ses bouleversements. El Gusto, Buena Vista Social Club algérien, raconte avec émotion et… bonne humeur comment la musique a réuni ceux que l’Histoire a séparés il y a 50 ans. » Réalisé par Safinez Bousbia, jeune femme algérienne, « El Gusto » est un film sorti au tout début de l’année 2012. Il montre qu’une passion commune – en l’occurrence la musique « Chaabi », propre à la région d’Alger – peut améliorer le « vivre ensemble » entre des communautés – ici les communautés juives et musulmanes. Il était projeté samedi dernier au sein de la Maison Mosaïque à l’initiative de l’UFAL – Union Franco-Algérienne de Lorraine – une jeune association présidée par Rani Abdouch et dont l’antenne déodatienne a été officialisée il y a seulement 2 mois. Autour de la déléguée départementale Khadidja Benouada, l’association compte déjà une quarantaine d’adhérents pour la seule Déodatie. La projection, qui s’est matérialisée suite à un contact avec le directeur de la Maison Mosaïque Antoine Bressand, qualifiée samedi de « pédagogique » par le président de l’UFAL – car mettant en exergue la qualité du « vivre ensemble » – fut suivie d’un temps de partage et de débat. L’amélioration du « vivre ensemble », c’est précisément l’objectif que poursuit l’UFAL, au moyen notamment d’un important projet intitulé « Constantine, ville culturelle arabe », qui prendra la forme d’une caravane culturelle sillonnant tout l’est du pays. A Saint-Dié-des-Vosges, un programme spécifique sera par ailleurs mis en place à ce propos. Il mêlera à l’automne prochain de la musique Malouf, des conférences et des expositions.

J.J.




Une réaction sur “« El Gusto », où comment améliorer le vivre ensemble à travers la musique.

  1. Djebbar meriem

    Bonjour
    Le colonialisme nous a appris a vivre ensemble,a partager,a nous aimer.il nous a appris la convivialité aussi.maintenant que nous sommes indépendants, indifférence a pris le dessu,mais pourquoi mon Dieu?Bravo El Gusto.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *