Search
lundi 20 nov 2017
  • :
  • :

Thibaut Villemin s’est rendu à la pépinière d’entreprises de Saint-Dié-des-Vosges ce mercredi.

Premier vice-président du Conseil Régional de Lorraine délégué à l’Economie, Thibaut Villemin s’est rendu mercredi après-midi à la pépinière d’entreprises de Saint-Dié-des-Vosges. Une troisième visite en un an qui s’inscrivait dans le cadre des « Chaînes d’appui » impulsées par le Conseil Régional. Elle consiste en différentes aides – accompagnements, financements, hébergements ou suivis post-création – destinées aux porteurs de projets implantés sur des territoires identifiés, sachant que la Lorraine est la seule région française à s’être dotée de cet outil innovant. Englobant le Pays de la Déodatie et le Pays de Remiremont et ses Vallées, les Hautes-Vosges constituent l’un des 12 territoires lorrains faisant partie intégrante de ce dispositif d’aide à la création d’entreprises. « La Région Lorraine est celle qui accompagne le plus les créateurs d’entreprises. Notre ambition est d’aller toujours plus loin dans cet accompagment » a affirmé Thibault Villemin, lors de sa visite en terres déodatiennes, qui s’est déroulée en 2 temps et en présence notable de la vice-présidente du Conseil Régional Lovely Chrétien.

Le premier vice-président du Conseil Régional a tout d’abord rencontré Laurent Bédel, fondateur et directeur de l’entreprise Elbé Pétro, dont les bureaux sont installées à la pépinière d’entreprises. Docteur en physique-chimie, ce dernier a successivement fondé Elbé Technologies en 2009, Plastifibre en 2010, puis Elbé Pétro en 2012. Filiale d’un groupe dédié au génie des matériaux, Elbé Pétro propose à travers le produit Eris – Evaporation Reduction Intelligent System – une solution pour juguler l’évaporation des liquides stockés en cuves. Un produit novateur conçu en s’inspirant de la symbiose des lentilles des marais, qui prend la forme de flotteurs indépendants formant un écran à la surface de la cuve. Comme l’a démontré Laurent Bédel, ce procédé de nombreux avantages : auto-positionnable, ne nécessitant ni assemblage sur site ni maintenance et ne pouvant pas se retourner. De plus, le retour sur investissement est de seulement 6 mois et demi. « On peut faire des choses très bien en Lorraine et dans les Vosges » a-il estimé, précisant par la même occasion que ses « Eris » sont moulées dans une usine du département.

Les élus se sont ensuite dirigés vers le FabLab voisin, un laboratoire de fabrication numérique constitué en association de loi 1901. Il permet aux professionnels comme aux particuliers de réparer ou de fabriquer ses propres objets, mais aussi d’expérimenter, via la rélisation de prototypes. « L’idée derrière ce FabLab est d’allier l’art et l’industrie, et de ne pas seulement se spécialiser dans l’impression 3D » a assuré à ce propos Nicolas Babel, membre du bureau de l’association. Récent, ce FabLab devrait être inauguré à la rentrée prochaine, en septembre.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *