Search
dimanche 21 oct 2018
  • :
  • :

FIG – L’art aborigène investit les rues déodatiennes.

image_pdfimage_print

Depuis ce matin, de curieux symboles sont apparus sur le sol déodatien, tout particulièrement autour de différents lieux de la ville, tels que l’Hôtel de Ville, l’Espace Georges-Sadoul, La Nef, le musée Pierre-Noël, l’Espace Nicolas-Copernic ou encore la Tour de la Liberté. En lien avec ces lieux et inspirés de l’art aborigène australien, ils ont été inventés et réalisés par les 22 élèves de la classe de première Littéraire – Option Arts Plastiques – et 8 élèves de première ES du lycée Jules-Ferry, répartis pour l’occasion en groupes de 3. Un projet créatif et inédit, fruit d’un partenariat entre l’établissement scolaire déodatien, via le professeur d’Histoire Didier Mathieu, la galerie du 36ème Art et la Ville de Saint-Dié-des-Vosges. Des marquages au sol qui feront office de fléchage lors du 26ème Festival de Géographie, les 2, 3 et 4 octobre prochains, et qui permettront d’identifier les nombreux endroits où se tiendront des animations, avec un symbole spécifique pour chacun d’entre eux. A titre d’exemple, le symbole se rapportant à la gare ferroviaire est notamment composé d’un boomerang, véhiculant là l’idée d’aller-retour.

Après 2 séances de travail au lycée ainsi qu’une rencontre avec l’artiste Zokatos – dont les oeuvres sont actuellement à retrouver au sein de la galerie du 36ème Art (voir notre article ici) – les élèves ont ensuite fabriqué des pochoirs en carton à l’effigie de leurs créations respectives. Dernière étape de cette approche originale du street art, l’inscription, aujourd’hui et demain, de ces créations dans les rues déodatiennes, à l’aide de bombes de peinture à la craie, afin qu’elles puissent être facilement enlevées au terme du festival. En cas de forte pluie, les symboles se verraient certes effacés, « mais c’est aussi ça la beauté de l’art éphémère » comme l’a affirmé ce matin Romain Durain, l’une des forces vives de l’association du 36ème Art. Un beau projet envers lequel les lycéens se sont très majoritairement montrés enthousiastes, qui leur permit d’également découvrir la galerie de la rue Thiers, et par la même occasion le street art. Un certain nombre d’entre eux étaient par ailleurs présents lors du vernissage, samedi dernier, de l’exposition « Utopia » de Zokatos.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.