Search
dimanche 22 oct 2017
  • :
  • :

Vosges – Rencontre à l’occasion de la journée nationale des Amis de la Nature.

Texte de Elisabeth Valentin, membre des Amis de la Nature de la section du Val d’Ajol.

Crédits photographiques : Michel Jacquot, président départemental des Amis de la Nature.

Le 27 septembre, à l’occasion de la journée nationale des Amis de la Nature, une rencontre entre le Bas-Rhin, le Haut-Rhin et les Vosges a été organisée.

Chaque département, sous la houlette de son Président, et avec l’aide des sections locales, avait  concocté une marche pour ses adhérents, le but étant que les groupes se retrouvent à une borne située au point d’intersection des 3 départements. Cette borne se trouve en pleine forêt, non loin de Rombach le Franc pour le Haut-Rhin, Urbeis pour le Bas-Rhin et Lubine pour les Vosges.

Des parcours différents étaient prévus afin de permettre au plus grand nombre de participer à cette rencontre.

Partis du col d’Urbeis à 10 h, (il y faisait plutôt frisquet !), 41 Vosgiens sont donc allés à la rencontre de leurs amis Alsaciens, et une centaine de personnes se sont retrouvées ensuite au col de la Hingrie (alt 749 m), lieu du pique-nique tiré des sacs. Les marcheurs du Bas-Rhin étaient quant à eux partis du village d’Urbeis, et ceux du Haut-Rhin du Creux Chêne, un peu au-delà de Ste Croix aux Mines.

Les organisateurs avaient bien fait les choses, en guise de réconfort après l’effort, l’apéritif était offert aux marcheurs, ainsi que le café après le repas.

Tous les participants étaient heureux de retrouver des connaissances pour certains, et  de passer un bon moment pour tous, en toute convivialité, comme nous savons le faire chez les Amis de la Nature.

Tout le monde est reparti ensuite par petits groupes, pour rejoindre les voitures à leurs points de départ du matin.

Les Vosgiens se sont arrêtés à la Chapelle de la Jambe de fer. Construite en 1840 à la suite d’un miracle : un fermier de la Hingrie avait perdu son bétail en 1744. Il le chercha pendant 3 jours et finit par s’endormir épuisé. A son réveil il eut la surprise de voir ses bêtes autour de lui ! Il voulut en reconnaissance faire construire une chapelle, ce qui n’a pas pu se faire tout de suite car à cette époque, tout édifice religieux était banni. Il plaça alors en attendant une statue de la Vierge dans le creux d’un sapin.

Cette chapelle était aussi un lieu de pèlerinage pour tous ceux qui souffraient des jambes : mutilés de guerre, accidentés etc… Les offrandes s’y sont multipliées, il y avait notamment un amoncellement de cannes et béquilles, et surtout de « jambes en bois » amenées par les pèlerins pour remercier la Madone d’avoir obtenu la guérison.

Après cette petite page d’histoire ou de légende, nous prenons rendez-vous  pour l’année prochaine pour une autre rencontre interdépartementale.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *