Search
dimanche 21 oct 2018
  • :
  • :

Hommage déodatien au Général de Gaulle pour le 45ème anniversaire de sa disparition.

image_pdfimage_print

Le 9 novembre 1970, soit il y a 45 ans jour pour jour, Charles de Gaulle s’éteignait à Colombey-les-Deux-Eglises, peu après 19h. Près d’un demi siècle plus tard, la mémoire de cet homme qui fut à la fois le porte-parole de la résistance face à l’occupant durant la Seconde Guerre mondiale, l’instigateur de la Ve République, puis Président de la République française, du 8 janvier 1959 au 28 avril 1969, est restée intacte. Ce lundi matin, le Club Charles de Gaulle 88 a célébré le 45ème anniversaire de la mort du Général de Gaulle, à travers une cérémonie solennelle qui s’est déroulée au monument aux morts de Saint-Dié-des-Vosges. A cette occasion, de nombreux membres du club et sympathisants du Général s’étaient réunis autour de la présidente Clothilde Auberthié, dont de nombreux élus de l’actuelle équipe municipale déodatienne. C’est par ailleurs le maire David Valence qui ouvra le bal des allocutions, où il rendit une nouvelle fois hommage à celui qu’il qualifia comme étant le « plus grand des Français ».

« Ce grand homme de guerre, qui théorisa notamment la guerre de mouvement, reconstitua l’Etat français à partir de rien ou presque, à force de détermination et de courage. Incarnant la flamme française, il reconstruit la légitimité de la France avec un désintéressement personnel profond » a affirmé le premier magistrat lors de sa prise de parole, qui ne manqua pas de préciser que « aujourd’hui à Colombey-les-Deux-Eglises, des responsables politiques vont tenter de s’approprier un morceau de la Sainte Tunique », en référence à ceux se réclamant actuellement de Charles de Gaulle, alors même que leur discours politique est incompatible avec les idées du gaullisme. Michel Boulet a ensuite procédé à la la lecture d’un extrait du discours prononcé par le Général de Gaulle le 8 octobre 1943 à Ajaccio, puis 2 gerbes ont été déposées au pied du monument aux morts par les élus et officiels. Après une intervention du député de la seconde circonscription des Vosges Gérard Cherpion, durant laquelle il estima que « aujourd’hui, les Français et la France souffrent. En tant que gaullistes, notre devoir est de servir au mieux notre pays, et ce sans jamais renoncer », la cérémonie s’est conclue aux sons de la Marseillaise et par le traditionnel salut aux porte-drapeaux.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.