Search
mardi 23 oct 2018
  • :
  • :

La bibliothèque Budé du lycée Jules-Ferry porte désormais le nom de Georges-Tronquart.

image_pdfimage_print

La dernière conférence Budé en date, qui s’est tenue comme ses prédécesseures au sein de l’amphithéâtre Jules-Ferry, revêtait une dimension quelque peu particulière. Animée ce vendredi par le docteur Jean-Sébastien Tronquart, elle s’intitulait « Les fouilles du camp de la Bure : une passion familiale ». Le camp celtique de la Bure, le fils de l’illustre Georges Tronquart le connaît plutôt bien – c’est peu de le dire – puisqu’il s’y est rendu à maintes reprises, souvent accompagné de son père. En effet, ce dernier fut l’un des meneurs, avec Albert Ronsin, des fouilles archéologiques entreprises sur le site durant les années 70. Mais surtout, ce qui distinguait cette conférence, c’est qu’elle fut suivie par l’inauguration d’une plaque apposée devant l’entrée de la bibliothèque Budé de l’établissement, bibliothèque qui porte désormais le nom de Georges Tronquart. Sur cette plaque offerte par le lycée Jules-Ferry, on peut y lire : « Bibliothèque Budé – Georges-Tronquart (1920 – 2014) – Professeur agrégé de Lettres Classiques – Fondateur en 1952 de la section Budé du Lyces Jules-Ferry ». Le lycée Jules-Ferry, Georges Tronquart y enseigna durant pas moins de 25 ans – de 1955 à 1980 – y laissant durablement son empreinte. « Georges Tronquart, dont les pas ont résonné dans les couloirs du lycée jusqu’en 1980, était autant passionné que passionnant. Cet authentique humaniste a su transmettre son riche à savoir à de nombreuses générations d’élèves » a affirmé Philippe Chateau, actuel proviseur de l’établissement. Pour cette inauguration, on retrouvait également l’adjointe au maire notamment déléguée à la Culture Claude Kiener, Emmanuel Müller et Jean-Pierre Cassard, président et trésorier de la section locale de l’association Budé, le président de la Société Philomatique Vosgienne Jean-Claude Fombaron ainsi que de nombreux fidèles de l’association et des conférences Budé. « Ce baptême constitue la fin des hommages à mon père, qui ont commencé 14 février » a enfin conclu le docteur Tronquart, en référence au rebaptême de la rue Buffon en rue Georges Tronquart, le 14 février 2015.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.