Search
samedi 20 jan 2018
  • :
  • :

Del et Odile Daval revisitent le célèbre écolier de Sempé de Goscinny dans « Lé P’tit Colas en caûseries da Vosges ».

image_pdfimage_print

En 1999, au lendemain de la terrible tempête qui secoua les Vosges, Del et Odile Daval créent avec 4 autres personnes un groupe de patois, « Lâ Patoisant Dâ Trô R’vères » – ou Les Patoisants des Trois Rivières. Basé dans la vallée du Combeauté, son nom se réfère aux communes du Girmont Val d’Ajol, de Plombières-les-Bains et Le Val d’Ajol, toutes 3 unies sous le nom de Communauté de Communes des Trois Rivières. Toujours actif plus de 15 années après sa création, il compte à ce jour pas moins d’une trentaine de membres, qui se réunissent régulièrement afin d’entretenir le patrimoine vosgien, tout particulièrement son patois si caractéristique. C’est donc avec grand enthousiasme que le sympathique couple de retraités s’est attelé à traduire en patois vosgien « l’Affaire Tournesol », l’une des 24 aventures de Tintin, après avoir été contacté par Elisabeth Pierret, passionnée des langues de France. Paru en 2008, l’album a été imprimé à quelques 5000 exemplaires.

Au début de cette année, lors du mois de janvier, Del et Odile Daval ont été sollicités à nouveau par Elisabeth Pierret pour un nouveau projet de traduction. Mais cette fois-ci, ils se sont penchés sur le célèbre écolier imaginé par Sempé et Goscinny, le Petit Nicolas. Pour « Lé P’tit Colas en caûseries da Vosges », ils ont retranscrit en patois vosgien 2 des 6 histoires composant « La Rentrée du Petit Nicolas ». Ils étaient associés pour l’occasion à 2 autres groupes de patoisants, originaires respectivement de Xertigny et de la Voye, qui se sont quant à eux occupés des 4 autres récits. Accessible à tous, puisque chaque page en patois est suivie de son équivalent en langue française, cet ouvrage tiré à un millier d’exemplaires est paru aux éditions IMAV en septembre dernier. Il vient ainsi rejoindre les traductions en dialecte corse, breton, picard ou encore créole du Petit Nicolas. Présents ce mardi après-midi à la librairie Le Neuf de Saint-Dié-des-Vosges pour une séance de dédicace, le couple Daval aimerait voir entrer le patois vosgien dans les écoles du département, pour que ce langage avant tout oral puisse se transmettre aux jeunes générations et ne tombe pas définitivement dans l’oubli. Conscients que ce souhait est plutôt ambitieux, ils espèrent pour l’heure travailler sur une nouvelle traduction, d’ici un à 2 ans. A ce propos, Del verrait bien un album d’Astérix à l’accent vosgien.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *