Search
mercredi 20 juin 2018
  • :
  • :

Une descente en rappel remarquée pour le père Noël et ses lutins.

image_pdfimage_print

Dimanche soir, de très nombreux Déodatiens étaient massés au pied ainsi qu’aux alentours de l’église Saint-Martin. Et s’ils s’étaient rassemblés spontanément sur la rive gauche de la ville, c’était pour assister à la descente en rappel du Père Noël et de 2 de ses lutins, incarnés par des membres du jeune Club Alpin Français – CAF – du Kemberg. Perchés à environ 35 mètres du sol, c’est quelques minutes après leur apparition très remarquée au sommet de l’église déodatienne qu’ils se sont lancés sur leurs cordes, rejoignant ensuite progressivement la terre ferme tout en jouant la comédie. Car cette descente prit les allures d’un véritable spectacle. Et pour une première, on peut dire que les choses avaient été faites en grand, puisqu’en plus du CAF du Kemberg, étaient également impliqués une société d’événementielle déodatienne, dont les employés assurèrent la partie son et lumières, de même que le Médianimonastérien Fabrice Thomas, à l’origine du petit scénario spécialement imaginé pour l’occasion. Un scénario faisant la part belle au dialogue entre les 3 protagonistes et qui permit de procéder à quelques brefs rappels historiques concernant Saint Martin, l’un des principaux saints de la chrétienté.

Une fois sur le plancher des vaches et en guise de conclusion, les lutins se sont livrés à une distribution de friandises fort appréciée des enfants. Proposé il y a un mois et demi à la Municipalité déodatienne, qui s’est de suite montrée enthousiaste, ce projet s’est très vite concrétisé. Les répétitions se sont ainsi enchaînées et les dernières répétitions et mises aux point se sont déroulées lors des journées samedi et dimanche, soit le jour même de l’animation. Et si le choix s’est porté sur l’église Saint-Martin plutôt que la cathédrale, c’était à la fois pour une question de budget que pour valoriser la rive gauche déodatienne. Mais à l’avenir, le père Noël et ses fidèles compagnons pourraient très bien descendre du sommet de la cathédrale… et pourquoi pas de bien d’autres édifices religieux du Grand Est ? Cette première a en effet donné des idées à ses organisateurs, qui verraient bien ce concept s’exporter dans d’autres villes.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.