Search
mercredi 26 juillet 2017
  • :
  • :

Saint-Dié-des-Vosges accueille l’association des sites Le Corbusier.

Accueil_Association_Sites_Corbusier_01

Dans le cadre du dépôt par la France au nom de 5 autres pays – Allemagne, Argentine, Belgique, Japon et Suisse – du premier dossier de candidature pour l’inscription sur la liste du patrimoine mondial des oeuvres de Le Corbusier en 2009, l’association des sites Le Corbusier représente l’ensemble des collectivités françaises et étrangères impliquées dans cette démarche. Travaillant de concert avec la Fondation Le Corbusier, les services du Ministère de la Culture et les experts des 6 pays concernés, l’association agit en faveur du nouveau dossier de candidature. Son champ d’action est large, puisqu’elle a à la fois comme objectifs d’animer un réseau chargé de préserver et promouvoir les sites Le Corbusier auprès du public et des opérateurs touristiques; de créer les conditions d’échange et de partage de connaissances et d’expériences dans les domaines de la conservation, la protection, la mise en valeur, l’animation et la gestion du patrimoine Le Corbusier; être force de proposition et de réflexion dans les statuts auprès des acteurs du patrimoine en France et à l’international, notamment auprès de l’UNESCO et du Comité du patrimoine mondial.

Des représentants de cette association internationale officiellement constituée le 27 janvier 2010 sont aujourd’hui présents à Saint-Dié-des-Vosges, où après la tenue de leur assemblée générale, ils ont visité le musée Pierre-Noël, notamment l’exposition photographique de Christophe Guery portant sur Le Corbusier ainsi que l’espace XXème siècle. Puis ils se sont ensuite rendus, en milieu d’après-midi, aux abords de l’usine Claude&Duval, qu’ils n’ont cependant pas l’opportunité de visiter, faute d’avoir obtenu une autorisation de son actuel propriétaire. Mais avant la tenue de ces assises annuelles, par ailleurs organisées pour la première fois à Saint-Dié-des-Vosges, la délégation composée de membres originaires des 6 pays sus-cités a été accueillie ce matin au Grand Salon de l’Hôtel de Ville par le maire David Valence.

Accueil_Association_Sites_Corbusier_02

Entouré du président de l’association des sites Le Corbusier, le maire de Firminy Marc Petit, de l’adjointe à la Culture Claude Kiener et de la conseillère municipale Christine Felden, le premier magistrat a présenté à l’assemblée les 3 périodes historiques qui, selon lui, ont marqué l’Histoire récente de la ville. « Le début du XVIème siècle, durant lequel la cité déodatienne était centrée sur son abbaye; la fin du XIXème siècle, caractérisée par un essor industriel; et le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque Saint-Dié-des-Vosges a été reconstruite après avoir été volontairement incendiée par les Allemands, en représailles d’actes de résistance » explique David Valence. C’est au sortir du second conflit du XXème siècle, alors que la ville n’était plus qu’un vaste champs de ruines, que le célèbre architecte suisse a proposé un projet de reconstruction, à la fois audacieux et avant-gardiste pour l’époque.

Trop avant-gardiste peut-être, car le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme lui a préféré celui du jeune architecte nancéien Jacques André. L’empreinte architecturale du Corbusier est cependant présente à Saint-Dié-des-Vosges, puisque c’est lui qui dressa les plans de l’usine Claude&Duval, à la demande de l’industriel Jean-Jacques Duval. Seule usine construite par Le Corbusier, elle constitua une première expérimentation du système Modulor, une unité de mesure de sa propre conception symbolisée par une forme humaine, que vous pourrez à Saint-Dié-des-Vosges devant l’usine de l’avenue de Robache ainsi qu’au milieu du rond-point situé à l’extremité de la rue Thiers.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *