full screen background image
Search
samedi 1 octobre 2016
  • :
  • :

Les syndiqués CGT cheminots déodatiens interpellent la Grande Région.

image_pdfimage_print
Trains_Déodatie_01

Rémy Géhin et Gérard Coinchelin travaillent à la pérennisation de la ligne Epinal – Strasbourg.

Ces derniers mois, les syndiqués CGT cheminots déodatiens ont fait de l’avenir de la ligne ferroviaire Epinal – Strasbourg leur cheval de bataille. A l’automne dernier, afin de mener une démarche unitaire quant à cette ligne ferroviaire traversant la vallée alsacienne de la Bruche, ils se sont rapprochés des associations d’usagers Bruche Piémont Rail – BPR – l’Association pour le Développement de la Ligne Epinal – Saint-Dié-des-Vosges – ADELE-S – et l’association Train Gérardmer Vologne Vosges – TG2V. Leurs inquiétudes se portent tout particulièrement sur la pérennité du tronçon reliant Saint-Dié-des-Vosges à Saales, sur lequel les importants travaux initialement prévus au début de l’année 2016 ont finalement été renoncés. Non reprogrammés à ce jour, ces travaux estimés à 2,8 millions d’euros concernent le remplacement de 10 000 traverses, d’un certain nombre de joints mécaniques et la pose de 500 mètres de rails neufs.

« Même s’il y a eu quelques opérations d’entretien du côté alsacien, il y a urgence » affirme le secrétaire de la section locale du syndicat CGT Gérard Coinchelin qui, moins d’un moins après le second tour des dernières élections régionales, a interpellé à ce propos et par écrit le président du Conseil Régional ACAL Philippe Richert ainsi que l’ensemble des conseillers régionaux. Dans son courrier daté du 10 janvier 2016, il souhaite notamment attirer l’attention sur « le risque dégradation du service dès 2016 suite à une très probable mise en place de ralentissements de vitesse sur la section de ligne entre Saint-Dié-des-Vosges et Saales ». La cause de ces ralentissements ? Le renoncement des travaux évoqués précédemment. Pour le responsable syndical, il est donc « urgent de faire un point sur les investissements à engager afin de garantir la pérennité de cette ligne ».

Toujours dans ce courrier, Gérard Coinchelin propose que soit prochainement organisée une réunion commune pour aborder différents éléments relatifs à la ligne Epinal – Strasbourg, comme les effets de la réduction des circulations entre Epinal et Saint-Dié-des-Vosges lors des horaires d’été, de même que la mise en place rapide d’une tarification unique et d’un comité de ligne spécifique. Mais ce seul dossier n’est pas la seule source d’inquiétude des syndiqués CGT cheminots, qui s’alarment également du manque de contrôleurs dans un nombre croissant de trains ou de la diminution de l’amplitude horaire d’ouverture des guichets.

J.J.

Trains_Déodatie_02

L’entrée du tunnel de Lubine, situé sur le tronçon Saint-Dié-des-Vosges – Saales.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *