Search
samedi 23 sept 2017
  • :
  • :

Chandeleur conviviale sur la place du Marché.

Chandeleur_London_Tavern_01

C’était ce mardi 2 février la Chandeleur – ou fête des chandelles – une fête religieuse chrétienne correspondant à la Présentation du Christ du Temple. Quelques semaines après la galette des rois de Ephiphanie et 40 jours après Noël, la Chandeleur est également l’occasion de déguster des crêpes. Et pour marquer le coup, Clément Georges, sympathique gérant du bar « London Tavern » de la place du Marché, avait fait appel au non moins sympathique Romain Durain, qui a momentanément quitté la place du Général de Gaulle et son « Nouveau Monde » pour régaler gracieusement les clients du bar. Une initiative comme on aimerait en voir plus souvent !

J.J.




2 réactions sur “Chandeleur conviviale sur la place du Marché.

  1. Peggy

    Faux ! La chandeleur ne correspond pas du tout à la présentation du Christ du Temple J.J. Il s’agit de l’usurpation d’une caste religieuse qui n’a cessé de voler et de s’attribuer d’anciens us. D’ailleurs il en est de même pour la plupart des fêtes chrétiennes et même la plus chérie, celle de Noël et la tradition de la bûche qui est toute autre dans la réalité. La chandeleur est ni plus ni moins qu’une fête païenne qui relève d’anciennes traditions ancrées bien avant la venue du christianisme. La crêpe en forme de disque symbolise le soleil qui fait son retour et annonce la fin de l’hiver. Les peuples païens étaient des gens de la terre, des paysans et des agriculteurs qui se servaient de fêtes symboliques afin de marquer les saisons et les cultures. Ils avaient ainsi le temps de se préparer pour les semailles, les cultures, les moissons, les conservations et se donner de l’espoir pour les saisons froides. Je pense qu’il ne faut pas oublier d’où l’on vient ni l’origine des choses parce que la vie est cyclique et un jour ces fêtes nous serviront de nouveau mais avec toute la connaissance et l’intelligence qui les accompagne.
    Il ne faut pas oublier que nous habitons des régions riches d’histoires et vivons dans un pays d’origine païenne même si l’état ecclésiastique de l’époque a endigué certains savoirs pour contrôler le peuple et s’emparer des terres. Je trouve intéressant, même aujourd’hui, de remettre en avant ces chronologies dans une conjoncture où les valeurs et les repères se perdent parce que justement on oublie qui on est et d’où l’on vient.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *