Search
mardi 22 août 2017
  • :
  • :

Conseil Municipal : une séance de début d’année diverse.

CR_CM_05022016_01

La dernière séance en date du Conseil Municipal déodatien s’est tenue hier soir au Grand Salon de l’Hôtel de Ville. Présidée par le maire David Valence, cette première et relativement brève réunion de l’année se pencha sur un certain nombre de sujets, au gré des points d’informations, de ceux inscrits à l’ordre du jour et des questions diverses. Mais avant toutes choses, le premier magistrat dressa le systématique état des lieux financier de la Ville, en s’appuyant sur les comptes désormais clôturés de l’exercice 2015. Parmi les chiffres évoqués, on retiendra notamment la baisse des charges à caractères générales, de 4,6% par rapport à l’année 2014, permettant d’ainsi réaliser une économie de 397 000 euros. Dans le même temps, les dépenses de personnel ont sur la même période diminué de 3,1% , pour 519 000 euros d’économisés. « Les dépenses de fonctionnement sont maîtrisées » estime David Valence à ce propos, tout en ajoutant que « aucun tirage sur des lignes de trésorerie n’a été effectué lors de l’exercice 2015, ce qui prouve la rigueur de la gestion des finances ». S’élevant à 5 103 000 euros, le solde de trésorerie permettra quant à lui un éventuel paiement d’intérêts au titre de l’emprunt DEXIA.

Abordé par l’adjoint au Développement Durable Marc Frison-Roche, le second point d’information concernait une campagne nationale menée l’an passé par l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur dans les écoles Georges-Darmois et Eugénie&Jules-Ferry. Au cours des mois de mars et juin 2015, des mesures ont été effectuées dans les 2 écoles primaires déodatiennes. Les résultats publiés ont mis en évidence des niveaux de benzène et formaldéhyde nettement inférieurs aux valeurs alertes, alors que l’indice de confinement a présenté des valeurs élevées dans quelques classes de Georges-Darmois. L’Observatoire a donc préconisé d’aérer et de ventiler régulièrement l’ensemble des bâtiments. Vétuste, le bâtiment de l’école Georges-Darmois sera prochainement abandonné, puisque la Municipalité a décidé, il y a de cela plusieurs mois, un regroupement avec l’école Clémencet  Lors du troisième et dernier point d’information, David Valence est revenu sur la récente baisse des tarifs du tunnel Maurice-Lemaire, effective depuis le 1er février dernier. Le coût de passage pour les poids lourds a ainsi baissé de 57%, pour descendre à 28 euros, tandis que les véhicules légers doivent désormais s’acquitter de la somme de 6 euros, au lieu de 8 euros précédemment. « La mobilisation pour la baisse des tarifs du tunnel Maurice-Lemaire dure depuis 2008. Cette mobilisation, elle est essentiellement menée par les adhérents de l’association des élus du massif vosgien. Je tiens par ailleurs à rendre hommage à son précédent président François Tacquard, élu de gauche qui a mené une énorme mobilisation publique pour alerter l’Etat sur ces tarifs. A partir de décembre 2014, j’ai personnellement agi à de nombreuses reprises quant à ce dossier, plutôt en coulisses et plutôt pour une baisse des tarifs des véhicules légers. C’est une victoire collective et une bonne nouvelle pour notre développement économique » explique le maire, avant d’entamer l’ordre du jour.

Le troisième des points portait sur le projet de réalisation d’un dépose-minute devant le groupe scolaire Paul-Elbel, afin de permettre une desserte à la fois aisée et sécurisée des écoles primaires et maternelles. Pour réaliser ces travaux, la Ville va prochainement solliciter la réserve parlementaire du sénateur des Vosges Daniel Grémillet. Au titre du programme européen LEADER, la Municipalité va également solliciter le fonds FEADER auprès de la région ACAL, ceci pour le lancement d’une consultation concernant la désignation d’un assistant à maîtrise d’ouvrage, dans le cadre du nouveau contrat de restauration collective. Devant être mis en place au 31 janvier 2017, date à laquelle l’actuelle DSP – Délégation de Service Public – arrivera à son terme, ce contrat impliquera l’introduction de produits de saison, de produits courts et de conditionnements dits en vrac pour réduire les emballages. « Il est dommage qu’il n’y ait pas eu de débat au sein du Conseil Municipal quant à un éventuel retour en régie municipale » estime à ce sujet l’élue du groupe Union Pour Saint-Dié Christine Urbès. Le retour en régie municipale, « il est pour le moment impossible » lui répond l’adjointe déléguée aux Affaires Scolaires Dominique Chobaut, « car la cuisine centrale a été vendue au délégataire par l’ancienne équipe municipale. Mais rien n’est fermé vis à vis d’un retour en régie municipale. Nous sommes pour l’instant dans une phase d’étude ».

Le Conseil Municipal a ensuite voté l’acquisition d’un bien immobilier situé à proximité de la place Jean XXIII, au 1, rue Baldensperger, où y déménagera la Maison de Services au Public – anciennement Relais de Service Public – destinée à l’accueil des demandeurs d’emploi, des jeunes et des habitants en recherche d’informations des quartiers de l’Orme et Saint-Roch. Inaugurée en 2012, elle est actuellement installée au 24, rue Ohl des Marais, dans un appartement de 65 m², qui s’est montré exigu et peu visible de l’extérieur. D’une surface totale de 112 m², les futurs locaux se composeront d’une grande salle au rez-de-chaussée, qui servira à la fois pour l’accueil et les formations collectives, et de 3 bureaux à l’étage. En parallèle, les partenaires institutionnels travaillent à développer les horaires de permanences, afin de répondre au mieux aux besoins des utilisateurs de la MSP. L’acquisition du local, dont le prix est fixé à 71 500 euros – hors frais d’actes – et le montant des travaux de réhabilitation, estimés à 133 000 euros, devraient être financés à hauteur de 80% par l’Etat, au titre de la Dotation Politique de la Ville 2015 – DPV. Enfin, et avant que soient abordées les 6 questions diverses, posées par respectivement 3 élus de la majorité pour autant de l’opposition, les membres du Conseil Municipal ont adopté la création d’un poste de gardien de Police et d’un brigadier. Dans le même temps, un poste de brigadier chef principal de Police sera supprimé. Les effectifs de la Police Municipale se monteront donc prochainement à 10 policiers pour 10 ASVP. Ce 7ème et avant dernier point fut aussi l’occasion de brièvement revenir sur la question de l’armement des policiers municipaux déodatiens. Une question toujours d’actualité, puisqu’ils seront formés en vue de leur armement au début du printemps prochain.

CR_CM_05022016_02

L’ordre du jour épuisé, c’est Ramata Ba qui est entrée dans la valse des questions diverses, cette fois-ci au nombre de 6. La conseillère municipale d’opposition souhaitait être informée si hormis le regroupement des écoles du quartier Foucharupt, d’autres projets similaires étaient prévus à l’avenir. « Le seul et unique regroupement prévu est celui concernant les écoles Clémencet et Georges-Darmois, qui a d’ailleurs été fait en concertation avec les parents d’élèves et les équipes enseignantes » lui répond Dominique Chobaut, qui précisa ensuite qu’à ce jour, Saint-Dié-des-Vosges compte 81 classes scolaires pour 1858 élèves, soit 776 élèves de moins qu’il y a 20 ans. Elle rappela également le « soin constant apporté par la Muncipalité aux écoles », en effectuant notamment pour 899 000 euros de travaux dans différentes écoles lors des 2 dernières années, avec respectivement 671 000 euros en 2014 et 128 000 euros en 2015. « Quelles solutions avez-vous prévu pour assurer la sécurité des élèves à proximité de l’école Sainte-Marie ? » questionne Michel Cacclin, élu du groupe Union Pour Saint-Dié. Et le premier adjoint Bruno Toussaint de lui détailler les mesures prévues, découlant d’un point effectué pas plus tard que mardi dernier. « Il est envisagé de créer une zone de dépose-minute, de limiter davantage la vitesse des véhicules dans la rue du Beau Jardin et de rendre le stationnement temporaire sur la place Monseigneur-de-Chaumont ». Gina Filogonio a quant à elle souhaité obtenir des précisions au sujet du projet du nouveau cinéma, « attendu par de très nombreux Déodatiens ». C’est l’adjoint au Travaux Patrick Zanchetta qui s’est chargé d’éclairer la lanterne de la conseillère municipale de la majorité, en l’informant que « le cinéma sera construit sur la dernière parcelle achetée aux établissements Gantois. Cela permettra d’obtenir, avec AquaNova America et Nova Bowling, une zone de loisirs assez exceptionnelle. Ce projet sera monté communément avec une société privée appartenant à Thierry Tabaraud, qui exploitera le cinéma. C’est un projet nouveau et innovant qui verra le jour, car le cinéma sera constitué de salles situées dans de petites cellules individuelles, ce qui permettra de préserver la végétation. Par ailleurs, une réflexion est engagée en ce qui concerne la circulation et le stationnement ».

En évoquant la récente mésaventure vécue par le jeune Enzo-Marcel, qui s’est étouffé avec une friandise et qui a été sauvé grâce à l’intervention du personnel périscolaire de l’école Gaston-Colnat, l’élue du groupe Saint-Dié Avenir Marie-France Lecomte a demandé des éclaircissements quant à l’action municipale en terme de secourisme. « En 2015, 20 formations SST – Sauveteur Secouriste du Travail – ont été dispensées. Lors de ces formations, 52 agents municipaux des écoles ont été formés, soit presque la moitié des effectifs » détaille le conseiller municipal Issam Benouada. En réponse à une question posée par Jacqueline Thirion, Patrick Zanchetta a repris la parole au sujet du devenir de l’immeuble de la rue Jean-Gazin du quartier Saint-Roch, touché par un incendie le 10 décembre dernier. « Le bâtiment 21 du 29, rue Jean-Gazin appartient à la société Vosgélis. Il comporte 28 logements, dont 23 étaient occupés au moment du sinistre. L’opération de relogement s’est effectuée en lien avec le CCAS déodatien, et tous les locataires sont actuellement en situation de relogement, définitifs ou provisoires. Totalement sécurisé, le bâtiment sera démoli dans le courant de l’année 2017, pour un coût de 794 500 euros ».

Déplorant la situation économique dans laquelle se trouvent les commerces déodatiens, l’élue d’Union Pour Saint-Dié Christine Urbès estime qu’il est important de créer un plan de soutien aux commerçants. « Qu’avez vous prévu ? » demande t-elle, en se tournant vers David Valence. Bien consciente de « la situation difficile » traversée par« un bassin déodatien particulièrement touché », Marie-José Loudig tient cependant à rappeler « que l’on parle plus souvent d’un arbre qui tombe que des arbres qui poussent ». Pour étayer ce propos, l’adjointe déléguée aux Commerces affirme que « depuis notre arrivée, nous ne cessons d’agir sur l’attractivité de la ville, notamment via des animations au centre-ville comme « l’été en grand ». De plus, nous fractionnons les marchés pour faire travailler tout le monde dans la transparence. C’est un plan d’action complet que nous menons auprès des commerçants depuis 2 ans. Et bien que nous ayons rendu la gratuité à environ 500 places de stationnement, soit un tiers du total des places, les recettes de stationnement pour le mois de décembre 2015 sont supérieures à celles de décembre 2014, de l’ordre de 25,17% ». Avant de lever la séance, David Valence a réaffirmé une nouvelle fois à l’assemblée être un « maire présent », en réponse aux critiques formulées par certains de ses opposants, « qui n’ont pas les mêmes exigences avec des élus de leur famille politique quant au cumul des mandats ». Rendez-vous le vendredi 18 mars prochain pour la prochaine séance du Conseil Municipal déodatien.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *