Search
vendredi 17 nov 2017
  • :
  • :

Extinction d’une majorité de l’éclairage public nocturne à compter du 1er mars.

Extinction_Eclairage_Nocturne_01

A compter du mardi 1er mars prochain, une grande majorité de l’éclairage public nocturne déodatien sera éteint de 1h à 5h. En phase expérimental durant 3 mois, ce dispositif découle d’une réflexion entamée par la Municipalité il y a de cela plusieurs mois. Il s’insère dans le cadre de l’« Année verte », un programme de promotion du développement durable lancé en janvier (voir ici), et répond à une logique autant économique qu’écologique. N’ayant demandé aucun investissement particulier, cette mesure permettra en effet de réaliser des économies – à hauteur de 24 000 euros annuels – sur la facture énergétique de l’éclairage public déodatien, qui s’élève actuellement à 450 000 euros par an. Elle permettra d’également diminuer la pollution visuelle nocturne et de fait protéger un certain nombre d’animaux évoluant la nuit. Mais sur la centaine d’armoires électriques que comptent la ville, certaines resteront toutefois en service.

Pour des raisons d’attractivité, le centre-ville restera ainsi allumé toute la nuit. Il en sera de même pour les différentes entrées de la ville et les quartiers identifiés comme Politique de la Ville, c’est à dire les quartiers de l’Orme, Saint-Roch, Kellermann ainsi que la rue du Haut d’Anould. A ces exceptions il faut aussi y ajouter les abords des établissements de santé, tels que le Centre Hospitalier Saint-Charles ou l’EHPAD de Foucharupt. Et bien que suggéré par certains habitants, par contrainte technique il n’est pas possible d’éteindre une lampe sur 2. Déjà expérimenté – et adopté – dans d’autres villes de la région, comme à Epinal et à Saverne, ce type de mesure ne devrait pas avoir d’effets significatifs quant à la criminalité. Tout particulièrement suivie par l’adjoint aux Travaux Patrick Zanchetta, l’adjoint au Développement Durable Marc Frison-Roch et Julien Wagner du bureau d’étude municipal, la mise en place de ce dispositif s’accompagne d’autres démarches visant à réaliser de substantielles économies sur les dépenses énergétiques. A titre d’exemple, les ampoules changées à Saint-Dié-des-Vosges sont systématiquement remplacées par des lampes à LED, qui équiperont par ailleurs un tiers de l’éclairage public à l’horizon 2024.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *