Search
vendredi 26 mai 2017
  • :
  • :

Union Pour Saint-Dié : « Pour une attitude irréprochable des élus, il faut à la fois l’exigence de la transparence, un respect de tous les élus et un esprit républicain ».

image_pdfimage_print

Union_Pour_Saint-Dié_01

« La défiance des citoyens français envers la classe politique est préoccupante et ne cesse de s’accentuer. Ces dernières années, des affaires d’enrichissement personnel, de conflits d’intérêts et de fraude fiscale ont contribué à fragiliser la confiance des Français envers l’ensemble de leurs représentants. Outre ces actes délictueux, certaines pratiques moralement critiquables, telles que le cumul des mandats ou des abus de pouvoirs, contribuent elles aussi au rejet croissant des élus » estime Union Pour Saint-Dié.

Selon le groupe d’opposition, qui se veut « force de proposition », « une exigence de transparence » est nécessaire « pour une attitude irréprochables des élus » et afin de « restaurer la confiance avec les citoyens-contribuables ». « La transparence est indispensable à la démocratie. Nous proposons que les indemnités des élus de Saint-Dié-des-Vosges, de la Communauté d’Agglomération, du Conseil et du Conseil Régional soient connues de tous. Comme c’est par exemple le cas à Montpellier, où le montant des indemnités de chaque élu du Conseil Municipal est publié. Dans ce souci de transparence, nous demandons ainsi au maire de Saint-Dié-des-Vosges qu’il communique aux citoyens les montants de ses indemnités brutes de maire, de président de la Communauté d’Agglomération et de conseiller régional. A ces montants, il faudra évidemment ajouter les cotisations sociales « patronales » payées par les collectivités pour connaître la charge réelle assumée par les contribuables. Concernant la Communauté d’Agglomération, un des arguments en faveur de sa mise en place réside dans les économies que devrait réaliser les 74, et bientôt 77, communes associées, notamment grâce à des gains d’efficacité et à la mutualisation des moyens. Le principe de neutralité fiscale est régulièrement rappelé aux contribuables inquiets. La hausse du taux intercommunal devra être compensée par une réduction de la part communale. Selon la même logique, Union Pour Saint-Dié est favorable à l’adoption du principe de « neutralité indemnitaire ». La masse des indemnités versées aux élus ne doit pas croitre avec la création des intercommunalités. Nous sommes par contre opposé au cumul des mandats, car comment justifier le cumul des indemnités quand on exerce en réalité ses mandats à mi-temps, voire à tiers temps ? Nous rappelons notre proposition de maire à temps plein, dont le mandat ne doit être cumulable avec aucune autre fonction élective, départementale, régionale ou nationale. Nous estimons également que tous les documents budgétaires devraient être consultables par les citoyens sur le site Internet de la Ville ».

De plus, Union Pour Saint-Dié déplore que « les hommes politiques confondent malheureusement, et de plus en plus, le débat public avec une arène. Cela a malheureusement des conséquences fâcheuses. Les citoyens, lassés, ne les écoutent plus et désertent de plus en plus les bureaux de vote ». « A ce propos, nous dénonçons les propos méprisants du maire dans l’édito du bulletin municipal de 2017, de même que son attitude déplacée lors du dernier conseil communautaire, lorsqu’il nous a pris à partie devant la centaine de délégués communautaires, en nous faisant un mauvais procès d’intention sur un sujet qui était strictement municipal. Nous dénonçons aussi son comportement ultra agressif lors des conseils municipaux, durant lesquels il ne cesse de critiquer, dénigrer, mépriser, tourner en dérision les élus de notre groupe. Cette manière de faire de la politique est dépassée. Rien ne justifie autant de violence verbale et de malhonnêteté intellectuelle. Attaquer les conseillers municipaux d’Union Pour Saint-Dié, qui représentent presque autant d’électeurs déodatiens que la majorité, ne changera pas la réalité des choses. Nous espérons que le maire saura à l’avenir se montrer plus digne et ne reproduira pas ces comportements qui dégradent l’image de l’ensemble de la classe politique. Pour retrouver la confiance des citoyens, les élus doivent avoir un comportement plus responsable et plus respectueux ».

Et d’ajouter enfin que « les élus municipaux de l’opposition sont des acteurs indispensables à l’expression de la démocratie locale. Nous exerçons au sein du Conseil Municipal un rôle de proposition, de contrôle et de contre-pouvoir. Ce rôle difficile et ingrat est pourtant essentiel pour le fonctionnement de la démocratie locale. En tant que représentant du peuple, nous prenons notre rôle très au sérieux et sans être systématiquement contre les délibérations proposées par le maire, nous contestons celles qui nous paraissent contraires aux intérêts des Déodatiens. Dans cet objectif, nous préparons sérieusement les différents points des Conseils Municipaux afin de motiver nos décisions d’approbation ou de refus. Notre bonne volonté est malheureusement entravée par des obstacles. Les convocations aux conseils municipaux nous sont envoyées à l’extrême limite des délais réglementaires, ce qui ne nous laisse que peu de temps. Nous nous efforçons néanmoins de faire un travail sérieux de préparation. A cela il faut ajouter des documents d’information qui ne sont pas toujours joints aux convocations. Nous les découvrons au cours de la réunion, ce qui est anormal. Nous sommes de plus délibérément exclus des manifestations dans lesquelles le conseil municipal est représenté. Nous regrettons cette discrimination qui est un déni de démocratie municipale. La présence des élus Union Pour Saint-Dié serait-elle gênante ? ».

En conséquence, Union Pour Saint-Dié émet 4 propositions. Respectivement la mise en ligne d’un agenda ouvert, « un agenda ouvert à tous les élus qui indiquerait les commissions, manifestations, inaugurations et cérémonies », des points d’information ouverts au débat, « contrairement à la pratique actuelle, les nombreux points d’information inscrits à l’ordre du jour du Conseil Municipal devraient être ouverts aux débats », des moyens techniques identiques en Conseil Municipal, « si la majorité municipale utilise des moyens techniques en Conseil Municipal, par exemple des projections de graphiques sur écran, la minorité devrait pouvoir disposer des mêmes moyens », et des questions écrites publiques, « toutes les questions écrites, qu’elles émanent de l’opposition ou de la majorité, devraient être publiques au moins 2 jours francs avant la réunion du Conseil Municipal. Elles devraient permettre des échanges entre les élus, ce qui n’est pas le cas actuellement. Elles ne devraient pas être reléguées en toute fin du conseil municipal. ».




2 réactions sur “Union Pour Saint-Dié : « Pour une attitude irréprochable des élus, il faut à la fois l’exigence de la transparence, un respect de tous les élus et un esprit républicain ».

  1. Aldobrandi

    Procès d’intention, mauvaise foi, invectives : UPS est toujours aussi nulle sur le fond!

    Les Déodatiens ne s’y trompent pas

    répondre
  2. Lou

    Ni procès d’intention, ni mauvaise foi, ni invectives (sauf dans le commentaire d’Aldobrandi) : ces conseillers municipaux ont bien raison de demander plus de transparence et plus de respect de la démocratie.

    La balle est dans le camp du maire. A lui d’y répondre avec le souci de l’intérêt général, et pas en s’offusquant vainement de la vérité, comme dans son dernier édito du magazine municipal.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *