Search
vendredi 20 oct 2017
  • :
  • :

Pierre Tsuji nouveau directeur de l’hôpital

709« C’est un hôpital formidable, à taille humaine. Son environnement est exceptionnel. Je le découvre avec tellement de plaisir. Il y a sans doute beaucoup de choses à faire à l’avenir, mais je m’aperçois que cet établissement est digne de la médecine moderne. Je suis agréablement surpris par cette richesse de compétences, cet attachement au territoire avec un esprit de dévouement extraordinaire »  commente Pierre Tsuji nouveau responsable du centre de soins » Le Centre Hospitalier est très ouvert sur l’ensemble du bassin de vie, et le travail de coopération avec les établissements « frères », basant son projet sur un mode associatif, se fait sans contrainte, avec volontarisme et une réelle volonté de coopération. » Le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’il a le sourire le nouveau directeur du Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges. Après l’Ouest du pays notamment, également Mayotte, le jeune quadragénaire pose donc ses valises au cœur du massif des Vosges.

Il succède à Mathieu Rocher. Première rencontre il y a quelques jours, notamment en présence de la directrice des soins Brigitte Lemaire, et du Président de la Commission Médicale Claude Demange. A cette occasion, le trio a tenu à mettre en lumière une réelle démarche de qualité dans laquelle s’est inscrit l’établissement, évoquant au passage le projet d’établissement 2018-2023.

« Dans un environnement de plus en plus exigeant, l’amélioration continue de la qualité et de la gestion des risques est un enjeu majeur. En accord avec les instances compétentes de l’établissement, des efforts sont particulièrement réalisés et ce, de façon prioritaire, sur cinq axes en particulier : organiser et favoriser l’expression des usagers et leurs familles, poursuivre le déploiement de la culture qualité au sein de l’établissement, développer et étendre la gestion des risques, une culture de l’évaluation continue et contribuer à l’amélioration des conditions de travail.

La qualité n’est pas une philosophie, mais une nécessité. Nous sommes l’un des derniers bastions du service public dans nos territoires. »

De territoire, justement, il en fut question… car la communauté d’établissements de la Déodatie regroupe le centre hospitalier de Gérardmer et les établissements de santé de Fraize, Senones et Raon-l’Etape, soit 1 200 lits et places installés et une offre de soins pluridisciplinaire et de grande qualité. « Nous devons agir en complémentarité avec les autres établissements de santé de la zone sanitaire », insiste ce père de famille de trois enfants. C’est avec le sentiment d’un nouveau challenge à relever que Pierre Tsuji a donc pris ses fonctions début septembre. En marge du projet d’établissement cité plus haut, le directeur souligne l’installation prochaine d’un nouvel IRM, le développement de la formation professionnelle, ou encore la démarche entamée par la maternité afin de décrocher le label « Hôpital Ami des Bébés ».

692




5 réactions sur “Pierre Tsuji nouveau directeur de l’hôpital

  1. Altan

    L incompétence de cet hopital est de notoriété publique…ce directeur est à l Ouest visiblement et devrait plutôt analyser le lieu où il vient d atterrir avant d en tirer des conclusions hâtives et complètement fausses!!!L hôpital de saint die est dangereux et son incompétence connue de ses pairs!!Je vous souhaite bien du courage et de la clairvoyance pour relever cet hosto de l abime dans lequel il se trouve…À bon entendeur,je vous salue!

    répondre
    1. M

      Qd je vois ces commentaires, je suis dégoutté par le mépris pour les professionnels qui se battent pour les malades dans des conditions très difficiles vu le contexte financier actuel, avec les moyens qui sont dédiés à cet hôpital qui vaut bien plus que vous le faites paraître dans vos commentaires.
      J’espère que vous êtes parfait dans votre activité professionnelle,
      Facile de critiquer, surtout qd on ne connait pas, ou pas bien.

      répondre
  2. Claude

    Bonjour. Pas grand chose à dire de plus. Altan à bien décrit ce que beaucoup d habitants ressentent. Le plus grave c’est que la plupart des cadres de cet hosto s imaginent être dans le vrai. À St die , on y va malade on en ressort pire.
    Salutations

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *