Search
lundi 17 déc 2018
  • :
  • :

La fable du corbeau et du renard vue par DULK

image_pdfimage_print
Inauguration_Fresque_DULK (4)

La fresque de DULK (troisième en partant de la droite) a été inaugurée vers midi ce mardi.

Antonio Segura Donat, alias DULK, est un jeune et talentueux artiste qui a fait de l’illustration et de l’art urbain ses spécialités. La semaine dernière, il a quitté son Espagne natale pour se rendre en Déodatie, où il a réalisé une fresque géante d’environ 100 m² sur l’une des façades du bâtiment 33 de Vosgelis du quartier Saint-Roch, situé au 16 rue Ohl des Marais.

Fruit d’un partenariat fructueux entre la Galerie 36e Art, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges et le bailleur social, cette oeuvre urbaine haute en couleurs, qui constitue la onzième étape du parcours « Histoires Urbaines 1.0 », représente une scène au sein de laquelle cohabitent des animaux imaginaires. Comme dans la fable de La Fontaine, on y retrouve le corbeau et le renard, mais aussi des oiseaux, une tête d’ours mi-colline mi-arbre, un rameur à la tête de fromage ainsi qu’une créature énigmatique au pelage jaune. Touchés par de nombreuses flèches, le renard et l’ours symbolisent cette faune et cette flore sacrifiées par les hommes. Une thématique chère à l’artiste, qui dépeint dans chacune de ses fresques l’agonie de la nature et de certaines espèces animales.

Une fois ses pinceaux rangés et avant de s’envoler en direction de la péninsule ibérique, DULK a inauguré sa fresque déodatienne ce mardi, en compagnie de Romain Durain et Jennifer Fangille de l’association 36e Art, de l’adjointe à la Culture Claude Kiener et de Julien Perrin, responsable de l’agence déodatienne de Vosgelis. Dans la continuité de ce projet de fresque, qui s’inscrit dans le cadre de la Politique de la Ville, les écoles et le centre-social du secteur de Saint-Roch bénéficieront d’actions de médiation autour de l’oeuvre au printemps prochain. Des mallettes pédagogiques seront ainsi mises à leur disposition, des artistes locaux interviendront et les murs du bâtiment 22 de Vosgelis serviront de terrain d’essai, avant sa destruction programmée en 2018. Quant à la suite des « Histoires Urbaines 1.0 », il faudra là aussi attendre l’année prochaine et la fin d’hiver pour voir fleurir de nouvelles fresques urbaines à Saint-Dié-des-Vosges.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.