Search
lundi 10 déc 2018
  • :
  • :

Des tensions en Déodatie du côté de La République En Marche

image_pdfimage_print
Tension_LREM

Serge Vincent (à gauche) est référent départemental pour La République En Marche. Jean-Michel Ducoudard est quant à lui animateur du comité local « La République En Marche en Déodatie et Vallons des Vosges ».

Quelques jours après la première convention départementale de La République En Marche, qui s’est tenu le week-end dernier à Thaon-les-Vosges, le comité local « La République en Marche en Déodatie et Vallons des Vosges » a publié un communiqué sur sa page Facebook mardi après-midi, dans lequel il annonce sa « totale sécession avec le délégué départemental de la REM et son organisation ».

Jean-Michel Ducoudard, l’animateur du comité, ne souhaite en effet plus être affilié au comité départemental et surtout à son référent Serge Vincent, afin d’éviter selon lui « tout amalgame, toute confusion avec l’association Union Pour Saint-Dié. » Conseiller municipal à Saint-Dié-des-Vosges, Serge Vincent est l’actuel porte-parole du groupe d’opposition municipal. Une double casquette qui semble déranger Jean-Michel Ducoudard.

« LREM est là pour fabriquer le renouveau politique, national mais aussi local. Mais le système de baronnie persiste, et pas uniquement en Déodatie. Je suis rentré dans ce mouvement car j’étais saturé du monde politique. Nous avons fait campagne ensemble pour les élections présidentielles avec Serge Vincent. Tout s’est bien passé. Puis est arrivé le moment des investitures de LREM en amont des législatives, pour lesquelles j’étais candidat sur la circonscription de Saint-Dié-des-Vosges. Lorsque Christine Urbès, qui est présidente d’Union Pour Saint-Dié, a été investie pour les législatives, j’ai senti que cela était dans l’intérêt à venir de Serge Vincent pour les futures élections municipales. Pour moi, il y a un mélange malsain entre Union Pour Saint-Dié et La République En Marche. LREM n’est pas un fan club et je ne suis pas président du fan club de Serge Vincent. Mon comité n’est pas un ersatz d’Union Pour Saint-Dié. Concernant la récente convention départementale, moi et Rémy Laurent, animateur d’un autre comité LREM sur la Déodatie, n’avons tout simplement pas été invités. Mais je vais continuer d’animer mon comité, qui rassemble environ 85 adhérents. Je ne suis pas allé contre le règlement intérieur de la LREM avec cette sécession, ma seule faute est d’avoir communiqué publiquement à ce sujet. Je serais peut-être convoqué à Paris pour m’expliquer, mais cela ne me dérange pas, bien au contraire. »

Le principal intéressé ne compte pas faire une affaire d’état de cette sécession. Car pour Serge Vincent, « tout part d’un problème personnel. Monsieur Ducoudard est une personne avec beaucoup d’ambition qui n’a pas accepté de ne pas être investi candidat LREM lors des dernières législatives. Il n’a pas fait campagne pour madame Urbès, mais il a en plus fait campagne contre la candidate sur les réseaux sociaux. A ce moment-là, il s’est une première fois déclaré en marge du mouvement, puis à nouveau lorsqu’il s’est opposé au référent départemental. En tant que garant du mouvement pour les Vosges, j’ai mis en place une équipe départementale afin de le structurer, mais le comité de monsieur Ducoudard n’a pas répondu à l’appel que j’avais lancé à tous les animateurs locaux. Il ne reconnait rien du mouvement au niveau départemental, mais on ne peut pas avoir un pied dedans et un pied dehors. Il n’est de toute façon pas du tout pas en phase avec le mouvement et sa bienveillance. Les animateurs locaux pour LREM étant autoproclamés, il n’a pas de légitimé particulière, sachant que le chiffre avancé d’environ 85 adhérents pour son comité n’est pas exact. C’est bien moins que cela. Ce type d’échange a lieu dans tous les mouvements politiques, mais cela se fait en interne pas en public. C’est un grave problème. J’ai d’ailleurs informé les instances nationales de cette situation voilà plusieurs mois. S’il veut faire sécession, je souhaiterais qu’il en tire les conclusions nécessaires et donc qu’il quitte le mouvement. Personnellement, je regrette que de par son attitude, une seule et unique personne parmi 15 ou 16 animateurs locaux vienne casser une dynamique. Monsieur Ducoudard n’est ni plus ni moins qu’un opportuniste qui cherche une place. » Ce que dément formellement ce dernier. « Je n’ai pas besoin d’être élu, je ne suis pas un frustré de l’élection. »

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.