Search
vendredi 24 nov 2017
  • :
  • :

Depuis 17 ans, Michel Savoy s’oppose aux chasseurs de La Bolle

Michel_Savoy

Michel Savoy pointe le champ situé en face de sa maison, où des chasseurs viennent se poster.

Cela fait maintenant 50 ans que Michel Savoy habite le quartier déodatien de La Bolle, du côté des Moîtresses, un secteur de Saint-Dié-des-Vosges où sont organisées de fréquentes parties de chasses. Jusqu’à la tempête de 1999, tout se passait pour le mieux. Mais depuis, rien ne va plus.

« Après la tempête, les chasseurs ont commencé à nourrir le gibier. Avec du maïs, de l’orge, des pommes ou encore des betteraves. Ce qui a entraîné la prolifération du gibier, qui ont envahi le quartier. Ils répandent également du goudron végétal pour attirer les sangliers dans des zones situées à proximité des habitations, bien plus accessibles et dégagées que la forêt. A 8 reprises ces dernières années des balles sont passées près de ma maison, notamment un jour lorsque je discutais dehors avec mon voisin. Cette prolifération du gibier, que les chasseurs entretiennent donc eux-même, provoque également des battues qui ont lieu près des maisons. De toute façon, chasser aujourd’hui se résume à venir avec 7 à 8 véhicules 4×4, se garer, tirer à tout va et repartir. Car les chasseurs ici sont vieillissants et ne vont plus beaucoup en forêt. Ce qu’il faudrait, c’est organiser des battues à blanc, qui consistent à ne pas tirer, pour envoyer le gibier vers la forêt. Dans tous les cas, il ne devrait pas y avoir de tirs à une distance de moins 200 mètres des habitations, car un accident est très vite arrivé. Même Gérard Mathieu, président de la Fédération de Chasse des Vosges, y est favorable » affirme Michel Savoy. A l’heure actuelle, le périmètre de sécurité est de 150 mètres.

Et le retraité de poursuivre en ajoutant que « en plus des problèmes de sécurité que cela engendre, la venue du gibier dans le quartier nous coûte cher à nous les habitants, puisqu’il faut installer des clôtures électriques et remettre en état les terrains saccagés. Là, ce ne sont pas les chasseurs qui payent. Je ne demande pas grand chose, mais j’estime que si je paye des impôts locaux, c’est pour vivre en sécurité et dans la tranquillité. Car il faut savoir que je suis régulièrement réveillé par des tirs matinaux voire parfois nocturnes. » Pour faire entendre sa voix, Michel Savoy a contacté et adressé à de nombreuses reprises des courriers à la Préfecture des Vosges, aux Municipalités déodatiennes, au comité de chasse local ou encore à l’ONCFS – Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. « Cela n’a jamais rien donné car on me dit à chaque fois qu’on ne peut rien faire. Même l’ONCFS tient ce discours. J’ai été reçu par le premier adjoint en 2015 mais rien n’a changé. La seule personne qui peut faire évoluer les choses est le maire, car il peut émettre un arrêté interdisant l’utilisation d’armes à feu dans le quartier. N’ayant pas d’interlocuteur, je me suis donc tourné vers Internet, notamment Facebook. Mais il ne se passe absolument rien. Je n’ai pas de réel espoir que quoi que ce soit change car la chasse est un lobby très puissant. Je suis d’accord pour qu’il y ait une certaine forme de chasse, mais actuellement on est dans de la chasse loisir. On nourrit du gibier afin qu’il se reproduise puis on s’amuse à le tuer. »

J.J.




6 réactions sur “Depuis 17 ans, Michel Savoy s’oppose aux chasseurs de La Bolle

  1. beatrice da costa

    BRAVO Monsieur !!! Les chasseurs affirment réguler la faune, « aimer et respecter la nature » (sic) ! Que des mensonges pour essayer de justifier l’injustifiable : tuer des pauvres animaux sans défense pour le simple plaisir !
    Il faut que les associations de protection animale dans l’ensemble s’organisent contre cette atrocité, un massacre qui fait non seulement des victimes animales mais des dizaines de victimes humaines chaque année !

    répondre
  2. Jean-Paul

    On voit bien avec l’exemple de ce Monsieur quelle supercherie est la CHASSE: c’est l’entretien de déséquilibres constant dans la nature afin de faire exploser les populations dites de « gibiers », pour essayer de justifier une nécessité de réguler par la chasse, mais tout en empêchant le retour de véritables régulateurs: les grands prédateurs (Loups, Lynx, Loups…).
    CHASSE => ABOLITION !!!!

    répondre
    1. Michel SAVOY

      Merci, pour vos encouragements. Voilà 17 ans que je lutte contre cette « mafia », J’ai écrit des centaines de commentaires sur les pages FB des médias Lorrains, j’ai écrit à tous les élus, à l’ONCFS, à la préfecture des Vosges, RIEN. Rien non plus du coté des écolos ou des associations.
      Mais je continue !
      J’aime la nature et les animaux, je suis pour l’abolition de la chasse loisir.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *