Search
jeudi 19 juil 2018
  • :
  • :

La question de la fusion des Amis et des Jardins de la Chapelle Saint-Roch en suspens

image_pdfimage_print

AG_Amis_Chapelle_Saint-Roch (2)

15 mois après la dernière assemblée générale ordinaire des Amis de la Chapelle Saint-Roch, une assemblée générale extraordinaire s’est tenue ce jeudi soir au sein de la salle Charles-Foucault.

A l’ordre du jour, la dissolution de l’association en vue d’une fusion avec celle des Jardins de la Chapelle Saint-Roch, créée en avril 2017. Car Jean-François Riotte, l’actuel président des 2 associations, considère que le volet patrimonial est maintenant terminé. Toujours selon lui, les différents travaux de rénovation de l’édifice religieux ayant été effectués, il est désormais temps de se concentrer sur le volet animations. « La tâche est accomplie en ce qui concerne le patrimoine. Il n’y a plus d’événements au sein de la chapelle, c’est statique aujourd’hui. Ce sont surtout les jardins qui sont animés. Il y a certes des conférences historiques à la chapelle, mais ce n’est pas pour tout le monde et je ne tiens pas à avoir que des gens cultivés. Les animations que je souhaite organiser à l’avenir resteront du même ordre que celles que vous avez connu, avec des choses en plus comme du land’art. »

Sauf que… à cause d’un vice de procédure – il aurait fallu au préalable organiser une assemblée générale ordinaire pour préparer cette fusion – l’avenir des Amis de la Chapelle Saint-Roch reste donc toujours en suspens. Pour proposer au vote cette fusion, il est nécessaire, dans un premier temps, d’abaisser le quorum des votants. Car il faut qu’au moins 2/3 des membres actifs se prononcent… ce qui s’avère compliqué pour cette association comptant de nombreux adhérents dans ses rangs, sachant qu’une vingtaine de personnes seulement étaient présentes hier soir.

Ce qui a été rappelé au président dès l’ouverture de cette séance extraordinaire. Tout comme le fait que les réunions biannuelles du conseil d’administration ne se sont pas tenues ni en 2017 ni en 2018, et qu’il n’y a pas eu d’assemblée générale ordinaire pour valider les bilans de l’année 2017. « Je ne suis pas un adepte des réunions, je suis plutôt un homme d’action. Mais on veut toutefois être dans les clous et non dans l’illégalité » s’est justifié Jean-François Riotte.

Une décision de fusionner les 2 associations qui n’est pas du goût de tout le monde, notamment de Jean-Louis et Marie-Claude Bourdon, tous 2 membres du bureau, ainsi que de Jean-Luc Ganier, qui s’est investi pour l’association par le passé. Là où le bât blesse, c’est que la création de cette nouvelle association des Jardins de la Chapelle s’est faite sans que les membres du bureau ni les adhérents n’en aient été mis au courant au préalable (voir la tribune de Jean-Louis Bourdon et Jean-Luc Ganier).

« J’étais un fidèle supporter des Amis de la Chapelle. Je me suis d’ailleurs beaucoup investi dans l’association, sans jamais compter mes heures. J’ai fait des propositions d’animations avec Agnès Pozza, mais ça n’a pas semblé intéresser le président. Sauf que dans une association, on n’est pas le seul à décider. On décide avec les membres du bureau. Je trouve par ailleurs regrettable que personne parmi les membres des Amis de la Chapelle n’ait été informé qu’une nouvelle association s’est créée. Surtout que le 24 février 2017, lors de la dernière assemblée générale ordinaire des Amis de la Chapelle, le président a dit qu’il souhaitait prendre du recul tout en ouvrant la porte à un nouveau président. Sauf qu’il est difficile d’être président sur une enceinte privée. Car il faut savoir que la chapelle appartient au diocèse de Saint-Dié, mais que la propriété qui l’entoure appartient à monsieur Riotte. Et puis pour moi ce n’est pas être honnête que d’annoncer vouloir prendre du recul pour ensuite créer une nouvelle association à peine quelques semaines plus tard » a déclaré Jean-Luc Ganier.

Le 24 février 2017, Jean-François Riotte avait en effet annoncé que « en 2009, mon épouse et mois avons créé l’association des Amis de la Chapelle Saint-Roch, qui a pour but principal la réfection du patrimoine. […] Mais cela devient désormais trop lourd, l’âge et une activité professionnelle toujours présente ne nous aidant pas. Nous avons 2 hectares à entretenir et nous souhaitons nous consacrer davantage à une vie de famille souvent mise à l’écart. Cela fait trop et c’est pour toutes ces raisons que je ne serai pas candidat à la présidence pour l’année 2018, ni mon épouse à la vice-présidence. […] Je ne suis pas inquiet pour l’association, car il y a un comité solide et compétent qui saura, j’en suis sûr, assurer la suite. » (voir notre précédent article)

Dans sa réponse à Jean-Luc Ganier, Jean-François Riotte a affirmé que « le président d’association fait beaucoup de choses tout seul, lui même. Je reconnais que ce n’est pas facile de me suivre, que j’ai de l’ambition. Mais tout ce que j’ai fait a été un succès. Je trouve que ce qui a été fait est beau, mais que peut-être il faut aujourd’hui le faire de manière différente. Je suis généraliste, je ne suis pas spécialiste. Je veux donc proposer des animations diverses. En ce qui concerne les Jardins de la Chapelle, je n’ai pas fait de propagande pour cette nouvelle association et je n’ai pas utilisé le fichier client des Amis de la Chapelle. Mon but n’est pas de faire du litige. Je n’ai pas de plaisir à avoir des litiges. »

La suite au prochain épisode, dans environ 3 semaines, le temps qu’une nouvelle assemblée générale soit organisée… lors de laquelle la question de la fusion entre les Amis et les Jardins de la Chapelle Saint-Roch trouvera une réponse.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.