Search
mardi 13 nov 2018
  • :
  • :

Ban-de-Laveline – « Aux Sources de mes Hautes-Vosges » de Jacques Cuny a fait salle comble

image_pdfimage_print
BdL_Jacques_Cuny (3)

(Credits photographiques Michel et Monique Thiebaut, Jacques et Michèle Cuny)

Le dernier film en date  de Jacques Cuny, «Aux Sources de mes Hautes Vosges », a fait salle comble à Ban-de-Laveline  vendredi soir… et offert par la même occasion un véritable baptême cinématographique pour cet équipement audiovisuel communal.

La section Bibliothèque/Histoire Locale de l’Association Sportive et Culturelle de Ban-de-Laveline – ASCB – avait invité le vidéaste des Hauts à présenter sa dernière production. Le talent reconnu de Jacques Cuny n’est pas usurpé : plus de 200 personnes ne se sont pas trompées. Elles n’ont pas boudé leur plaisir de venir applaudir l’auteur de ce témoignage de la vie presque passée des paysans de la moyenne montagne..

Il nous fut rappelé, au début de ce week-end qui le célèbre, que le « patrimoine » n’est pas simplement fait de pierres, de monuments et d’oeuvres d’art, mais qu’il peut être immatériel : la mémoire collective d’un mode de vie, les racines d’une vie rurale simple et naturelle peuvent nous parler.

L’intérêt ethnographique de l’œuvre est subtilement rehaussé par une alternance de superbes plans nature : Le fil de l’eau est le conducteur des déroulements de saisons, de la vie animale et finalement des hommes  en osmose avec cet environnement plein de fraicheur, de délicatesse et de rudesse parfois.

Il n’est pas seulement question de montrer la vie rurale d’autrefois dans les Hautes-Vosges et de se plier au rythme lent des activités agricoles. L’œil et l’oreille de Jacques Cuny nous révèlent que, tout près de chez nous celle-ci existe encore. Certes, l’image et le son nous rappellent la chance d’être immergés dans ce milieu privilégié, mais on sent également de la tendresse et de la complicité derrière la caméra; on ne peut sentir ses racines et le faire partager qu’avec un peu d’amour et beaucoup de passion. Pari réussi.

Monique Thiebaut, animatrice de cette section de l’ASCB, organisatrice de l’évènement n’a pas manqué de remercier  Jacques Cuny d’avoir su  transmettre ses émotions et de saluer l’intérêt et l’enthousiasme d’un public facilement conquis.

C.R.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.