Search
lundi 22 juil 2019
  • :
  • :

Le centre-ville déodatien labellisé « Patrimoine XXe siècle ».

image_pdfimage_print

Label_Patrimoine_XXe_Siècle_01

Attribué par la commission régionale du patrimoine et des sites, le label « Patrimoine XXe siècle » a récemment été décerné à une cinquantaine de sites lorrains, dont d’entre eux 9 sont situés dans les Vosges.

Parmi ces derniers, ont été labellisés le collège Georges-Clémenceau d’Epinal, la chapelle du col de la Schlucht du Valtin de même que le centre-ville déodatien, plus précisément la place du Général de Gaulle, l’ensemble de la cité administrative ainsi que les rues Thiers, Dauphine et Stanislas. Emblématique de l’architecture des années 50, le centre-ville est en partie l’oeuvre de l’architecte nancéien Jacques André, qui avait initié le projet de reconstruction de la cité, incendiée en novembre 1944 par les troupes de la Wehrmacht. A l’époque, son projet avait été préféré à celui de son confrère suisse Charles-Edouard Jeanneret-Gris, plus connu sous le pseudonyme « Le Corbusier ». Se poursuivant jusqu’en 1957, la reconstruction de Saint-Dié a donné un nouveau visage à la ville, tout en conservant toutefois ses axes historiques.

Caractérisées par ses bâtiments roses et gris dotés de garde corps bleus, les principales artères déodatiennes ont été labellisées suite à une démarche volontariste, puisqu’un dossier de candidature avait été déposé au préalable par la Ville. Non contraignant sur le plan urbanistique, ce label est avant out un outil de promotion. Concrètement, dans un avenir proche, le logo du label sera apposé sur certains bâtiments, tandis qu’une réflexion sera menée autour de la reconstruction de la ville, notamment sur la manière de la présenter au public. De plus, des expositions et conférences seront organisées autour de ce patrimoine remarquable, et un partenariat – actuellement en cours de finalisation – entre Saint-Dié-des-Vosges et l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy incitera ses étudiants à travailler sur des sujets relatifs à l’architecture déodatienne.

Selon le maire David Valence, « cette labellisation est une belle reconnaissance de notre patrimoine ». « Notre équipe municipale a la volonté de faire de ces ensembles architecturaux, qui sont un héritage des Trente Glorieuses, un élément de fierté pour les habitants » assure le premier magistrat. Des propos corroborés par l’adjointe à la Culture Claude Kiener, pour qui « cette architecture constitue une réelle richesse. Une richesse que nous souhaitons valoriser, via par exemple des parcours de découverte ».

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.