Search
samedi 19 oct 2019
  • :
  • :

Christian Pierret expose à la Maison du XXIe siècle. Du 1er au 31 mai

image_pdfimage_print

Exposition_Christian_Pierret_MXXIe_03

La Maison du XXIe siècle accompagne des personnes polyhandicapées depuis 1995, de manière à faciliter leur insertion dans la société.

L’établissement déodatien, qui fut conçu en 1991 après une proposition de Michel Creton, constituait au moment de son ouverture un projet totalement novateur en France. De part son emplacement, proche du quai Carnot et du centre-ville, cette maison et ses résidents sont intégrés à la vie déodatienne, et non isolés. Du 1er au 31 mai, elle accueille pour la seconde fois une exposition de l’ancien maire de Saint-Dié-des-Vosges et Ministre délégué à l’Industrie Christian Pierret. « Promenade vosgienne au fil des saisons », c’est une soixantaine de peintures – majoritairement des aquarelles – réalisées au cours des 40 dernières années, qui représentent Saint-Dié-des-Vosges et ses alentours au fil des saisons.

Chapelles, fermes vosgiennes, paysages forestiers enneigés, lieux emblématiques de la cité déodatienne… ce travail artistique temoigne « d’un rapport d’amour, pour Saint-Dié-des-Vosges et nos villages vosgiens », comme l’a affirmé Christian Pierret hier soir lors du vernissage de l’exposition, pour lequel de nombreuses personnes avaient fait le déplacement. « Cette maison nous accueille une fois de plus. Chacune de mes venues est un instant d’émotion, car ma femme Marie et moi avons consacré beaucoup d’efforts et d’espoirs à cette maison. Les progrès considérables réalisés quant à l’autisme ces dernières années, ils ont notamment été possibles grâce à la Maison du XXIe siècle » a t-il ensuite expliqué à l’assemblée, parmi laquelle se trouvait l’actuel maire de Saint-Dié-des-Vosges David Valence. « J’ai enfin l’occasion de voir ces belles aquarelles, qui démontrent votre attachement à ce territoire. Il est rassurant de constater que les hommes politiques ont des violons d’ingres, ce qui permet de cultiver d’autres dimensions et d’autres regards. Dans votre cas, il serait d’ailleurs plus juste de parler de pinceau d’ingres » a pour sa part estimé le premier magistrat. Une fois les prises de paroles terminées, l’heure fut au partage du verre de l’amitié.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.