Search
samedi 24 août 2019
  • :
  • :

Lilla Merabet en visite à Saint-Dié-des-Vosges.

image_pdfimage_print

Visite_Lilla_Merabet_01

Lilla Merabet est vice-présidente déléguée à l’Innovation et la Recherche du Conseil Régional Grand Est.

A l’invitation de David Valence, maire de Saint-Dié-des-Vosges et président de la commission des Transports au sein du même Conseil Régional, l’élue s’est rendue en terres déodatiennes ce jeudi 12 mai. Venue accompagnée du directeur de la Délégation Régionale à la Recherche et à la Technologie – DRRT – Serge Kauffmann, Lilla Merabet a dans un premier temps visité les locaux du CIRTES. Créé en 1991, soit maintenant un quart de siècle, le CIRTES a été rejoint en 2000 par l’InSIC, puis en 2015 par la plateforme INORI. 3 entités distinctes qui forment aujourd’hui le pôle « VirtuReal ». Implanté rue d’Hellieule, sur la rive gauche de la Meurthe, cette plateforme pilote en Europe totalise 8000 m² de surface et constitue « une chaîne complète d’engineering, avec en fil rouge le domaine du numérique », selon les mots du fondateur du CIRTES Claude Barlier, actuellement président de son directoire, directeur de l’InSIC et président d’INORI.

Ayant vocation à développer des contrats industriels de Recherche&Développement, à fabriquer des maquettes et outillages ainsi qu’à commercialiser des solutions logicielles et des machines associées, le centre déodatien s’est spécialisé dès son origine dans le développement de procédés de fabrication additive Stratoconception. « A l’époque où l’on ne parlait pas encore d’impression 3D » précise son président. Lors de sa présentation, ce dernier souligna notamment qu’à ce jour, 600 solutions de Stratoconception ont été vendues dans le monde et que 90% du chiffre d’affaire du centre provient de la vente de procédés. Ce tour d’horizon du CIRTES terminé, Lilla Merabet s’est ensuite dirigée vers la zone Hellieule 4, afin de visiter l’usine Salveco, un autre pôle d’excellence déodatien. Car son déplacement à Saint-Dié-des-Vosges s’inscrivait dans le cadre de la création d’une chaîne de valeur à l’échelle de la grande région. A ce propos, la vice-présidente du Conseil Régional estime qu’« il faut dire ce que l’on sait faire sur notre territoire. Nous ne serons forts sur les marchés internationaux qu’ensembles ».

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.