Search
samedi 24 août 2019
  • :
  • :

Les « Petites histoires de la forêt » ont captivé le public déodatien.

image_pdfimage_print

Petites_Histoires_de_la_Forêt_03

Christian Ribière conte et raconte des histoires depuis toujours, ou presque. En 1998, il créa le « Théâtre Burle », du nom d’un vent d’hiver soufflant sur les plateaux du Velay, d’Ardèche ou du Forez.

Hier après-midi, c’est accompagné de son théâtre mobile, véritable écrin de verdure fait de bois, de cordes et de feuillages, que l’Ardéchois d’origine et Nancéien d’adoption est venu s’installer sur la pelouse du parc Jean-Mansuy, à quelques dizaines de mètres de la Tour de la Liberté, où il conta ses « Petites histoires de la forêt ». Pour cette nouvelle escale déodatienne, après une précédente venue il y a de cela quelques années, le conteur sillonnant toute la France a captivé son jeune – et moins jeune – public le temps de 4 sessions de 30 minutes chacune. 4 bouffées de chlorophylle poétiques qui débutèrent toutes lorsqu’une hirondelle, sauvée au préalable par le narrateur, laissa tomber une grosse clé donnant accès à une forêt autant imaginaire qu’extraordinaire. Relatant la vie de cet endroit fantastique, notamment à l’aide d’objets en bois, ces « Petites histoires de la forêt » donnèrent vie à différents personnages, tels que l’arbre du monde Yggdrasil, l’esprit des graines perdues, l’esprit du vent, l’esprit de la fécondité ou encore l’esprit de la grand de la forêt, qui porte la vie et la mort des arbres. Un beau moment de poésie, à la fois tendre et drôle.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.