Search
mardi 12 nov 2019
  • :
  • :

La cérémonie déodatienne du 11 novembre en images.

image_pdfimage_print

Cérémonie_11_Novembre_42

Le 11 novembre 1918 vers 5h15, l’armistice de 1918 mettant un terme à la Première Guerre mondiale a été signé par les généraux alliés et allemands dans un wagon-restaurant provenant du train d’Etat-Major du maréchal Foch.

Effectif à 11 heures, le cessez-le-feu fut synonyme de la fin du premier conflit international du XXe siècle, qui fit plus de 8 millions de morts parmi lesquels 1,4 millions étaient Français. Depuis 98 ans, le 11 novembre est un jour de recueillement national, lors duquel chaque commune française commémore l’armistice et les soldats tombés lors des terribles combats qui firent rage aux 4 coins du globe durant 4 ans, 3 mois et 2 semaines. Les cérémonies du 11 novembre revêtaient cette année une dimension particulière, puisqu’elles ont été menées presque un siècle après la fin de la bataille de Verdun, dont la conclusion fut apportée le 19 décembre 1916. A Saint-Dié-des-Vosges, les commémorations se sont déroulées ce matin, en 3 temps et en présence de nombreux élus – de la Ville et du Département – de représentants des autorités civiles et militaires, de membres d’associations patriotiques, de sapeurs-pompiers du CSP déodatien, de l’Orchestre d’Harmonie de Saint-Dié-des-Vosges et d’habitants.

Cet hommage solennel a débuté au cimetière militaire des Tiges, où sous une pluie battante, les officiels ont déposé bouquets et gerbes de fleurs. La cérémonie s’est ensuite poursuivie au monument aux morts de la ville, au pied duquel ont été déposées des gerbes, après le ravivage de la flamme et la lecture de textes, dont le message d secrétaire d’Etat auprès du ministre Défense Jean-Marc Todeschini, lu par le sous-préfet de l’arrondissement de Saint-Dié-des-Vosges Laurent Monbrun. La Sonnerie aux Morts, la Marseillaise et enfin le salut aux porte-drapeaux sont venus conclure la seconde partie de cette matinée du souvenir, qui s’est terminée au sein du Grand Salon de l’Hôtel, où le maire David Valence a prononcé son allocution.

« Cet hommage amène à méditer sur la hauteur du sacrifice de nos aînés, qui ont réussi à trouver les ressources morales nécessaires pour surmonter la terrible épreuve de la Première Guerre mondiale. Nos aînés portaient des valeurs de courage, de sobriété, de désintéressement et d’exigence. Dans ces temps troubles que nous traversons, leur exemple doit s’imposer à nous » a affirmé le premier magistrat ce vendredi matin, tout en estimant que « ce sont les ressources morales alors inépuisables de la Nation française qui ont permis à notre pays d’emporter la victoire en 1918, en tenant 4 longues années face à l’offensive allemande. Mais cette victoire est également due à des dirigeants exceptionnels, tels que Georges Clemenceau, un homme qui croyait dans les institutions républicaines ».

« Nous vivons actuellement une période de crise de la démocratie représentative ainsi qu’une faillite de nos élites, quelles qu’elles soient. Mais doit-on pour autant douter de la démocratie ? Je ne le crois pas, et Georges Clemenceau ne le croyait pas non plus. L’unité nationale dans la République et la démocratie est le bien le plus précieux. Il n’est pas certain que les ressources morales de la France actuelle soient aussi solides et diverses que celles de la France de 1914, mais les tragiques événements survenus ces derniers mois ont été des occasions et des raisons d’espérer, car nous avons observé à ces moments-là un élan national, hélas ponctuel. Pour surmonter cette période difficile, ne doutons pas de la démocratie, ne cherchons pas d’homme providentiel, mais cultivons nos ressources morales » a enfin déclaré David Valence, avant d’inviter l’assemblée à partager le verre de l’amitié, conclusion de cette matinée de commémorations.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.