Search
lundi 27 mai 2019
  • :
  • :

Congrès de l’Union Départementale de la CGT des Vosges : « Nous sommes optimistes pour notre organisation, moins pour l’emploi ».

image_pdfimage_print

Bilan_Congrès_Départemental_CGT_01

Ces mardi, mercredi et jeudi, l’Union Départementale de la CGT des Vosges a tenu son 35ème congrès à l’Espace Nicolas-Copernic de Saint-Dié-des-Vosges (voir ici).

Au terme de ce congrès triennal, auquel ont assisté environ 150 congressistes représentants une centaine de syndicats CGT du département, le bilan des 3 dernières années d’actions a été dressé, la feuille de route pour les 3 prochaines années a été adoptée et la commission exécutive ainsi que la commission financière de contrôle de l’UD ont été élues. Ses membres, 28 pour la première et 5 pour la seconde, siégeront jusqu’à la tenue du prochain congrès départemental, qui se déroulera en 2019. Delphine Rouxel a été ré-élue a son poste de secrétaire générale de l’UD, tandis que Stanislas Barthelet reste administrateur et trésorier de cette même UD, qui compte à ce jour 3800 adhérents pour 7 Union Locales. Jacob Charton, Lionel Poirot et Rémy Demangeon sont quant à eux à nouveau en charge de la communication, des services publics et de la vie syndicale, respectivement.

« Durant les 3 dernières années, nous avons beaucoup lutté contre les déstructurations, la désindustrialisation et la précarisation grandissante. Des points sur lesquels nous allons rester vigilants à l’avenir. Nous avons également impulsé une plus forte implication des retraités pour la protection de leurs droits. En 2016, nous nous sommes largement mobilisés contre la loi El-Khomri, dite loi Travail. Notre lutte contre cette loi continue, mais elle se poursuit désormais dans les entreprises et non plus dans la rue. Mais la CGT n’est cependant pas uniquement dans la contestation, car nous sommes un syndicat revendicatif et nous avons ce titre beaucoup de propositions » précise Delphine Rouxel ce jeudi en fin de matinée. Quant à la nouvelle feuille de route, cette dernière impliquera dans ses grandes lignes de renforcer la présence de la CGT dans le département, de valoriser le travail effectué par les UL vosgiennes, d’aller à la rencontre des salariés dits isolés, de faire davantage converger les informations des luttes menées par les différents syndicats CGT des Vosges ou encore de lutter contre les idées d’extrême droite.

« Nous sommes optimistes pour notre organisation, moins pour le travail. Notre société est basée sur le travail alors qu’il y a de moins en moins d’emploi. Ce que nous souhaitons à travers nos combats, c’est que ceux qui n’ont pas accès à l’emploi y accèdent et que ceux qui travaillent puissent travailler dans de meilleurs conditions » précisent, en guise de conclusion, Delphine Rouxel, Jacob Charton, Lionel Poirot et Rémy Demangeon.

J.J.




11 réactions sur “Congrès de l’Union Départementale de la CGT des Vosges : « Nous sommes optimistes pour notre organisation, moins pour l’emploi ».

  1. jmv

    En ce qui me concerne, et pour éviter de trop financer ce syndicat « apolitique et avant gardiste », j’ai basculé mon contrat EDF vers un autre énergéticien.
    Pour information, 500 millions d’euros , soit 1 % du chiffre d’affaire EDF, sert à financer le comité d’entreprise contrôlé en majorité par la CGT.
    Par comparaison, le budget total du conseil général des Vosges en 2016 est de 460 millions.

    répondre
    1. olivier lapotre

      En effet à lire cette propagande, ça donne le sentiment qu’ils sont représentatifs mais en fait ils ne représentent plus personne.

      Pendant ce temps-là, vous avez un Macron qui fait bouger les lignes qui fait souffler un air frais sur cette politique de caniveau dont les Français ne veulent plus.Dans la crise profonde que nous traversons il faut faire exploser notre système si l’on veut éviter la catastrophe programmée ,et ça, des vieilles maisons comme la CGT ou FO auront du mal à s’adapter. ça sera le paquebot ringard et dépassé de la CGT face au hors bord Macron.

      répondre
      1. jmv

        Nous sommes d’accord pour dire qu’il faut des syndicats intelligents, constructifs, et politiquement indépendants.
        Il est évident que les deux syndicats boulets que sont la CGT et FO ne rentrent pas dans ces critères.

        Sinon Macron pour l’instant s’apparente à un produit marketing.
        Il avance masqué et on ne connait rien de son programme .
        Personne ne sait si il a la volonté d’ incarner l’indépendance indispensable de notre pays vis-à-vis de la plaie Européo-germano-ricaine.

        répondre
        1. Olivier Lapotre

          Produit marketing !!! Voilà comment on juge les jeunes dans ce pays… la France n’aime pas ses enfants ! Si vous préférez les antiquités obsolètes inaudibles invendables, la sclérose de l’action publique, les faux-semblants des primaires, le cynisme des hommes politiques, les alliances contre nature qui paralysent le système, choisissez il y a du stock… Macron veut et va débloquer la vie politique Française …c’est parce qu’il fait bouger les lignes qu’il est l’objet de tels assauts de part et d’autres, notre système politique est périmé les français sont las des mêmes têtes des mêmes promesses intenables et c’est justement parce qu’il n’a pas un parcours classique que Macron génère autant d’espoir … de tels mouvements peuvent provoquer des basculements de l’histoire .
          Macron caresse ce rêve , cela signe son ambition.

          J’assume également ce que j’écris de mon vrai nom et je souligne que j’ai le plus grand respect pour les gens de convictions quels qu’ils soient !

          répondre
          1. jmv

            Macron est un ex-pensionnaire de l’ENA ,ancien haut fonctionnaire et banquier d’affaire.
            Il est la parfaite symbolique du système monocle et minerve rejeté par une très large majorité de Français.

            Hormis ses effets de robe, attendons de voir quelle va être sa position par rapport à cette Europe anti-souveraine et anti-démocratique ,totalement sous contrôle du lobby industriel Allemand et des ultra libéraux américains.

    2. Sébastien Germain

      Cher Mr JMV.
      La propagande d’information calomnieuse serait elle votre spécialité?
      Pour votre information rapide, le budget de la CCAS (ce que vous appelez le CE) est assis sur 1% des ventes (et non sur le chiffre d’affaire) d’Electricité et de Gaz sur le territoire national par les entreprises Historiques EDF et GDF. Je ne vais pas vous faire une leçon d’histoire pour vous expliquer d’où vient ce « 1% » !
      Il était en effet de 499 millions d’€ en 2013. Le prévisionnel pour 2017 est de 413 millions d’€ ! J’ose espérer que cela vous interroge, non pas sur le montant mais sur la baisse de celui ci. Je me tiens à votre disposition pour vous expliquer le mécanisme que vous semblez méconnaitre mais commentez en toute ignorance.
      Pour conclure, les Activités Sociales de l’Energie c’est : 380 000 bénéficiaires qui partent en vacances, 6 millions de repas servis dans nos « cantines » pour les salariés, 48000 enfants qui partent en colo, 4000 emplois saisonniers et 1200 spectacles vivants dans nos centres de vacances et partenaires. Je pourrais en ajouter plus mais je vous laisse le temps d’assimiler ces informations !
      Je vous invite à comparer les actions en terme de culture, de loisirs, d’action sanitaire et sociale, de vacances jeunes … avec les activités du CG que je ne mets pas en cause.
      J’assume ce que j’écris, et je n’utilise pas un pseudo !
      Cdt
      Sébastien Germain

      répondre
      1. jmv

        Querelle de chiffres mais sur le fond le problème reste le même.
        Quelques personnes, la main posée sur les disjoncteurs, se sont octroyés sous forme de chantage à la coupure de courant des avantages particuliers payés par l’ensemble des consommateurs français.
        Nous sommes très loin du « tous ensembles » prôné par ce « syndicat « .

        En complément d’informations,un article du POINT d’Octobre 2014 .

        La CGT d’EDF lourdement condamnée
        Les condamnations du procès du comité d’entreprise d’EDF sont curieusement passées inaperçues. Elles prouvent que CGT et PC se finançaient sur la bête…
        Par Jean Nouailhac
        Modifié le 21/10/2014 à 08:29 – Publié le 21/10/2014 à 06:13 | Le Point.fr

        La justice a rendu plusieurs condamnations dans le cadre d’un procès pour malversations et détournements de fonds du comité d’entreprise EDF. © AFP PHOTO / DENIS CHARLET
        C’est une étrange affaire, et ce, depuis le début. Après plus de dix ans d’instruction sur l’un des financements les plus secrets du Parti communiste et de la CGT par le comité d’entreprise d’EDF, un procès s’était finalement tenu en juin dernier devant le tribunal correctionnel de Paris à la stupéfaction des intéressés eux-mêmes, plus habitués à être amnistiés qu’à être poursuivis. Pendant trois semaines, dans une indifférence quasi générale, volontaire ou soigneusement entretenue, le dossier du juge d’instruction Jean-Marie d’Huy, plus épais qu’une armoire normande, a été largement utilisé pour détailler les malversations et les détournements de fonds de la CCAS, la Caisse centrale d’activités sociales, qui fait office de comité d’entreprise à EDF.
        Cette CCAS est célèbre pour l’énormité de ses recettes – près de 500 millions d’euros par an – calculées sur la base de 1 % du chiffre d’affaires de l’entreprise au lieu de 1 % de sa masse salariale comme c’était la règle à l’origine. Une hérésie économique qui date de sa création en 1946 par Marcel Paul, le ministre communiste de la Production industrielle. Une « faute de frappe » – qui peut le croire ? -, avait-on dit à l’époque, laquelle, ensuite, n’avait jamais été rectifiée. Depuis lors, cette CCAS, qui est gérée en dépit du bon sens et exclusivement par la CGT, est connue pour être la principale caisse noire du Parti communiste et de son syndicat frère. Pour évaluer l’extravagance de la chose, il suffit de multiplier 500 millions d’euros par le nombre d’années écoulées depuis 1946. On comprend mieux ces sonos dernier cri, ces bus ultramodernes et toutes ces banderoles rouges qui donnent l’impression d’être toujours neuves, lors des manifestations de la CGT dans les rues !
        Des manoeuvres pour faire capoter l’instruction
        On savait depuis longtemps – depuis toujours – que cette caisse noire fonctionnait à plein régime, mais encore fallait-il le prouver. Et puis, tout arrive : fin 2003, à la suite de la plainte d’un cadre de la Caisse en Vendée, une information judiciaire est enfin ouverte pour « escroquerie, abus de confiance, faux et usage de faux », et elle est confiée au juge parisien Jean-Marie d’Huy, celui de l’affaire Clearstream. Un solide ! Dès le printemps 2004, ce dernier comprend assez vite à qui il a affaire après avoir perquisitionné à grand fracas la CCAS, le siège de l’Iforep, une nébuleuse proche de la CCAS, l’Agence centrale de publicité (ACP) liée au Parti communiste et les bureaux du journal L’Humanité : des militants communistes dévoués corps et âme à leur parti et pour lesquels tout ce qui est pris à « l’ennemi de classe » est bon à prendre, tout ce qui peut aider à la « cause » est juste et bienvenu.
        Passons sur les nombreuses manoeuvres souterraines ou officieuses qui auront été initiées par le bloc PC-CGT pour faire durer ou capoter l’instruction de Jean-Marie d’Huy… Dix ans après le début de l’instruction, le procès s’ouvre enfin au mois de juin dernier devant le tribunal correctionnel de Paris. Après trois semaines d’audience et trois semaines de silences gênés dans les grands médias audiovisuels et les principaux quotidiens – rappelons que les quotidiens parisiens sont dépendants de la CGT pour être imprimés par le Syndicat du livre CGT -, le procureur Serge Roques requiert dix-huit mois de prison avec sursis contre le principal inculpé, Jean Lavielle, qui présidait la CCAS à l’époque, et neuf mois avec sursis contre la sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin, poursuivie pour un emploi fictif. De nombreuses et fortes amendes sont réclamées contre la CGT et sa fédération des Mines et de l’Énergie, contre l’Iforep et contre L’Humanité, ces deux derniers pour avoir profité de détournements de plus d’un million d’euros. Au total, huit personnes physiques et quatre organisations seront condamnées dans ce dossier.
        12 condamnations bien senties
        Le jugement du tribunal correctionnel est finalement rendu le 1er octobre dernier, dans un silence tonitruant. Pas une seule télévision, ni une généraliste ni une chaîne d’info, pas la moindre radio, pas un journal n’en rendra compte sur le moment ni plus tard à notre connaissance, sauf quelques lignes dans un mince entrefilet des Échos et sur le site de La Croix. Alors, ce jugement, qu’avait-il de si mystérieux ou de si terrible ? Il était très clairement déshonorant pour la CGT et assenait de fort lourdes condamnations : Jean Lavielle écope des dix-huit mois avec sursis réclamés par le procureur. La sénatrice Gonthier-Maurin se voit gratifiée de dix mois avec sursis et l’ancien directeur général, Jean-Paul Blandino, de huit mois avec sursis. Pour les amendes, le tribunal est allé au-delà des réquisitions, condamnant à 20 000 euros d’amende la CGT et sa fédération des Mines et de l’Énergie et à 75 000 euros chacun l’Iforep et L’Humanité, les deux principaux bénéficiaires des détournements de fonds.
        Au total, 12 condamnations bien senties pour des faits clairement identifiés et prouvés de détournements et de malversations sur une longue période, de 1994 à 2002, au coeur d’un dispositif secret, unique au monde, dont le trésor immense semble plutôt géré par des corsaires des Caraïbes que par des syndicalistes compétents et responsables. Car, bien entendu, la gestion baroque de cette CCAS cousue d’or n’a jamais cessé ! Chiffres récents : 80 millions d’euros de pertes pour l’exercice 2010, 550 millions d’euros de dépenses pour 470 millions de recettes ! Pour éponger ces dettes et d’autres, la CGT d’EDF a décidé de vendre certains bijoux de famille de cette CCAS qui, comme Le Point l’a révélé, détient près d’un milliard d’euros d’actifs ! Du moins n’aura-t-elle plus à supporter un autre procès au civil, en dommages et intérêts, de la part d’EDF qui, au dernier moment, s’est retirée de toute instance dans cette affaire. Pour éviter de mettre de l’huile sur le feu ? Les prochaines élections de représentants des salariés à la CCAS sont prévues pour le 26 novembre prochain et il y a fort à parier que la CGT y restera majoritaire avec l’aide du conseil d’administration, lui-même contrôlé par l’État, puisque cette entreprise a la particularité, depuis son origine, d’être mise en coupe réglée par son syndicat communiste majoritaire avec le consentement tacite de sa direction.
        Rappelons tout de même que, pour le citoyen/consommateur, les tarifs d’EDF ont été augmentés deux fois de 5 % en 2013 et en 2014 en raison de la dérive des dépenses. La justice est donc finalement passée dans ce dossier et c’est une première ! Reste une question : pourquoi donc les télévisions, les radios et les journaux ont-ils fait autant la sourde oreille ?

        répondre
          1. jmv

            Un de mes collègues, dont l’épouse travaillait à l’EDF, était en vacances dans le CCAS de Munster.
            ( Pour ceux qui l’ignorent, les (nombreux) CCAS sont les centres de vacances EDF.)
            Dans son bungalow figurait une lettre de bienvenue pittoresque dont le début commençait ainsi :

            « Camarades,

            Ce que nous avons acquis, nous l’avons acquis de haute lutte.
            Mais ce n’est pas terminé, la lutte continue. »

            On n’est pas loin du racket en bande organisée….

  2. Olivier Lapotre

    Réponse au dernier post de GC dit JMV

    Une plume froide, précise souvent intelligente, des mots qui tranchent, lapident blessant parfois les pupille … je t’ai reconnu GC !
    Ah ces retraités… »z’aiment » bien avoir le dernier mot…pour info chez Macron on ne dit pas programme mais contrat de transformation, et sa vision de l’Europe est très intéressante, (http://mobile.lemonde.fr/politique/article/2016/06/28/macron-veut-placer-l-europe-au-c-ur-du-debat-presidentiel_4959505_823448.htmlje)m’étonne que tu sois passé à côté d’un homme aussi brillant qui apporte un souffle nouveau et qui génère autant d’espoir…

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.