Search
dimanche 18 août 2019
  • :
  • :

Une étude par les élèves du lycée Baumont pour améliorer le confort et diminuer la facture énergétique d’un aubergiste des Hautes-Vosges.

image_pdfimage_print
Termine_ST2D_EE_Auberge_Gazon_du_Faing_01

De gauche à droite : Fabien Ménigoz, Rémi Didierjean, Mathéo Faleyeux, Emilien Ferry et leur professeur Claude Didierjean.

Rémi Didierjean, Mathéo Faleyeux, Emilien Ferry et Fabien Ménigoz sont tous les 4 élèves en Terminale STI2D spécialité EE – Energies et Environnement – au lycée Georges-Baumont.

Dans le cadre de leur examen du Baccalauréat, les 4 lycéens ont planché ensemble sur une étude visant à améliorer le confort et diminuer la facture énergétique d’Etienne Schaffhauser, patron de l’auberge du Gazon du Faing, un établissement situé sur la route des Crêtes en contrebas du Hohneck. Né d’après une idée des élèves et de leur enseignant Claude Didierjean, ce projet représente plus de 70 heures de travail étalées entre les mois de janvier et de juin. Contrairement à leurs camarades ayant transformé un kart à moteur thermique en kart électrique (voir ici), Rémi, Mathéo, Emilien et Fabien seront évalués individuellement par 2 notes de coefficient 6 chacune, la première par leur enseignant et la seconde par un jury du Baccalauréat, qui se rendra prochainement à Saint-Dié-des-Vosges.

Pour mener à bien cette étude, dont le double objectif était d’améliorer le confort et diminuer la facture énergétique de l’aubergiste, les 4 adolescents se sont répartis les tâches. Rémi s’est ainsi occupé de la production d’énergie électrique au moyen d’un panneau photovoltaïque d’une surface de 100 m², qui permet une autonomie en électricité d’une journée tout en divisant par 10 l’empreinte carbone actuelle; Mathéo de l’isolation et du chauffage, avec notamment la conception d’une VMC double flux rejetant à l’extérieur l’air vicié d’une salle tout en récupérant sa chaleur et en renouvelant l’air d’une seconde pièce; Emilien Ferry s’est quant à lui chargé de concevoir un panneau de commande afin de sécuriser la future chambre froide de l’auberge, dont les produits frais sont à ce jour toujours stockés dans des frigos; Fabien Ménigoz a de son côté conçu un système pour produire de l’eau chaude sanitaire chauffée par le soleil, car il faut savoir que cette eau est actuellement chauffée au bois.

Le tout en tenant compte des importantes contraintes liées à l’emplacement de la ferme du Gazon du Faing. Nichée à plus de 1200 mètres d’altitude, la ferme-auberge est autant exposée à la chaleur en été qu’au froid et à la neige en hiver, sachant que la route permettant d’y accéder est fermée à la circulation de novembre à avril, qu’elle est située dans une réserve naturelle et donc qu’il est compliqué d’y installer une éolienne, mais aussi que le bâtiment n’est pas raccordée au réseau EDF, puisqu’il est alimenté en électricité par un groupe électrogène fonctionnant au fioul. Une fois les épreuves du Baccalauréat terminées, l’étude sera présentée à l’aubergiste, qui décidera ensuite de suivre, ou ne pas suivre, les préconisations des 4 élèves.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.