Search
lundi 27 mai 2019
  • :
  • :

Un autre regard sur la psychiatrie avec le Psycyclette.

image_pdfimage_print

Départ_Psycyclettes_01

Du mardi 20 au mardi 27 juin, l’UNAFAM – Union Nationale de Familles et Amis de Personnes Malades et/ou Handicapées Psychiques – organise la quatrième édition de Psycyclette.

Psycyclette, c’est un défi audacieux pour lequel ses participants, des personnes vivant avec des troubles psychiques, traversent la France à vélo accompagnés de soignants, de bénévoles de l’UNAFAM et de cyclotouristes avertis. A chacune des villes traversées, les quelque 200 « psycocyclistes » prenant part à cet volet 2017 iront à la rencontre des habitants, afin de parler de leur initiative mais aussi de briser les tabous sur les maladies psychiques. Car l’objectif de ce tour de France de 2000 kilomètres est de lutter, par le vecteur du sport, contre les idées reçues et la stigmatisation.

Ce lundi matin, Hugo, Jimmy, Loïck, Serge et Patrick du Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel de Saint-Dié-des-Vosges, une structure extra-hospitalière dépendant du Centre Hospitalier Ravenel de Mircourt, ont pris la route pour se rendre à Versailles, d’où ils se rattacheront à l’un des 4 parcours proposés dans le cadre du Psycyclette cette année. Avec Angélique Bilot et Pierrick Oriel, tous 2 infirmiers, ainsi que le psychologue Beranger Simon, les 5 « psycyclistes » déodatiens rallieront Toulouse le 27 juin au soir. Entre temps, ils auront parcouru environ 1000 kilomètres sur leurs montures à 2 roues à une moyenne de 120 kilomètres par jour, aux côtés de l’hôpital Marchant de Toulouse, d’un centre hospitalier bordelais, d’un club cyclotouristique et de représentants de l’UNAFAM, dont le fondateur et organisateur du Psycyclette Michel Lacan.

« Sur le parcours, nous avons 9 villes étapes. Respectivement Versailles, Etampes, Vendôme, Bressuire, Fontenay-le-Comte, Royan, Libourne, Villeneuve-sur-Lot, Toulouse. C’est une très belle aventure humaine, qui permet de voir la psychiatrie autrement qu’à travers des faits divers » souligne Angélique Bilot, au moment de charger les vélos dans le véhicule qui conduira les « psycyclistes » déodatiens dans les Yvelines.

J.J.




Une réaction sur “Un autre regard sur la psychiatrie avec le Psycyclette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.