Search
jeudi 22 août 2019
  • :
  • :

« Les Vêpres de la Vierge » de Monteverdi ont fait vibrer la cathédrale de Saint-Dié-des-Vosges.

image_pdfimage_print
Les_Vêpres_de_la_Vierge_04

(Crédits photographiques Marc Fourniquet)

Dans le cadre du Festival des Abbayes, qui se déroule du 17 juin au 26 août (voir ici), les musiciens de l’Ensemble La Fenice ont fait s’élever « Les Vêpres de la Vierge de Monteverdi » – Il Vespro della beata Vergine – de Claudio Monterverdi au sein de la cathédrale de Saint-Dié-des-Vosges ce samedi soir, devant un auditoire venu très nombreux.

Un auditoire parmi lequel se trouvaient le maire David Valence, l’adjointe à la Culture Claude Kiener, le sous-préfet de l’arrondissement de Saint-Dié-des-Vosges Laurent Monbrun et Mgr Didier Berthet, évêque du diocèse déodatien. Au fil du temps et des années, « Les Vêpres de la Vierge » de Monterverdi se sont imposées en tant que chef d’oeuvre du répertoire sacré du primo seicento, ou premier baroque. Considérées à présent – et à juste titre – comme un monument incontournable de l’histoire de la musique, cette oeuvre a conféré à elle seule à son compositeur la même notoriété internationale que celle des Bach, Vivaldi, Purcell ou Händel.

Fondé en 1990 par Jean Tubéry, spécialiste de la flûte à bec et de cornet à bouquin, l’Ensemble La Fenice rassemble des musiciens solistes, virtuoses de leur instrument respectif, qui se sont spécialisés dans la musique du XVIIe siècle car animés du désir de faire partager leur passion pour la fastueuse musique vénitienne de cette époque. Les enregistrements de l’ensemble – Ricercar, Cypress, K617, Opus 111, Naïve, Virgin Classics, Alpha – se voient régulièrement primés des plus hautes distinctions (Choc du Monde de la Musique, Diapason d’Or, 10/10 de Répertoire, etc.).

Cet ensemble musical tient son nom du phénix – en italien la fenice – l’oiseau fabuleux de la mythologie qui, après avoir vécu plusieurs siècles, se consume avant de renaître de ses cendres. Symbole du rayonnement de la musique italienne dans l’Europe baroque, la Fenice est également le nom d’une oeuvre de Giovanni Martino Cesare, cornettiste et compositeur qui s’expatria au-delà des Alpes au début du XVIIe siècle. Conciliant expérience d’un ensemble spécialisé et enthousiasme de la nouvelle génération de chanteurs, les « Favoriti de La Fenice » oeuvrent à faire souffler un « air nouveau » dans le milieu de la musique baroque.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.