Search
vendredi 24 mai 2019
  • :
  • :

L’heure de la récolte a sonné pour le miel déodatien.

image_pdfimage_print

Récole_Miel_J'adopte_une_Ruche (2)

Depuis trois ans à Saint-Dié-des-Vosges, les ruchers s’installent et le miel se met en pot. L’an dernier, une dizaine de ruches ont ainsi poussé à différents endroits de la ville.

Une initiative commune entre la Ville et le Pays de la Déodatie, via l’opération « J’adopte une ruche en Déodatie », menée par le savoir-faire de l’apiculteur amateur Jean-Louis Perrotey. C’est du côté de Gratin que l’on retrouvait l’apiculteur déodatien ce vendredi après-midi, où ce dernier a procédé à la récolte de miel. A cette occasion, on retrouvait à ses côtés le président du Pays de la Déodatie Guy Drocchi ainsi que l’adjoint et la chef de projet au Développement durable, respectivement Marc Frison-Roche et Isabelle Didierdefresse.

Car en cette période de rentrée scolaire, l’heure est à la récolte de 2 des ruches déodatiennes. Après avoir dument enfilé les tenues et masques de protection, Jean-Louis Perrotey a opéré les mêmes gestes sur ces 2 ruches, faisant preuve de passion autant que de pédagogie lors de cet exercice d’une vingtaine de minutes. Direction la miellerie personnelle de l’apiculteur ensuite, où les cadres sont repris un à un au-dessus du bac à désoperculer. A l’aide d’un couteau, Jean-Louis Perrotey retire la couche d’opercules qui ferme chaque alvéole pour en extraire le miel. Le geste est fluide, ancestral… Vient ensuite le moment considéré le plus valorisant pour l’apiculteur : celui de l’extraction. Bien qu’électrique, le procédé de la centrifugeuse reste le même. Petit à petit, le nectar s’écoule, sollicitant par la même occasion l’imagination olfactive. Du sapin ? Du châtaignier ? Du tilleul ?

Il restera encore à filtrer le tout, laisser reposer le miel… et savourer ! « Cette année, entre 60 et 70 kilos de miel seront récoltés » estime l’apiculteur, avant de déplorer la raréfaction des abeilles. Une raréfaction principalement due à la pollution et au changement climatique. D’ici quelques semaines, au mois de novembre, le miel de déodatien sera présenté au concours « Miel de Lorraine », qui se tiendra pour la première fois à Saint-Dié-des-Vosges.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.