Search
dimanche 18 août 2019
  • :
  • :

FIG – Un pont déodatien porte désormais le nom de Nelson Mandela

image_pdfimage_print

Inauguration_Pont_Nelson-Mandela (1)

Depuis vendredi et jusqu’à ce soir, Saint-Dié-des-Vosges vit au rythme de la Géographie et de l’Afrique du Sud, le pays invité du 28ème Festival International de Géographie.

Et lorsque l’on évoque l’Afrique du Sud, le nom de feu Nelson Mandela revient invariablement. Afin d’honorer durablement cet homme, cette figure emblématique de la lutte contre l’apartheid, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges a décidé, après avoir obtenu l’approbation à l’unanimité du Conseil Municipal, de rebaptiser le pont de l’Egalité du nom de l’ancien président sud-africain et lauréat du Prix Nobel de la Paix, en 1993, pour son action en faveur de l’égalité. C’est en toute fin de matinée ce dimanche qu’a été révélée la plaque portant le nom de Nelson Mandela, lors d’une courte cérémonie qui s’est déroulée en présence de nombreux élus, du sous-préfet de l’arrondissement de Saint-Dié-des-Vosges Laurent Monbrun et de membres de la commission d’odonymie déodatienne. Pour l’occasion, la plaque venant rebaptiser ce pont très emprunté avait été drapée non pas du drapeau français, mais de celui de l’Afrique du Sud.

« L’Afrique du Sud est un pays où une minorité a opprimé et humilié une majorité. Nelson Mandela a mené au cours de sa vie un combat pour l’égalité. Ce combat,il l’a ensuite transformé en combat pour la réconciliation. C’est une façon de lui rendre hommage et de rendre hommage à l’Afrique du Sud, un des grands pays de demain et déjà un grand aujourd’hui, que nous avons pris cette décision de nommer un lieu de la ville du nom de Nelson Mandela. C’est également un symbole, car ce pont est situé le long de l’avenue de l’Egalité » a déclaré le maire David Valence, tout en précisant que cette démarche avait été amorcée en 2013 par la précédente Municipalité. Pour Christian Pierret, président-fondateur du FIG et maire honoraire de Saint-Dié-des-Vosges, « 27 années d’enfermement dans des conditions terribles sur une île au large du Cap n’ont jamais réussi à décourager, à faire renoncer Nelson Mandela dans sa lutte pour l’égalité. Beaucoup de combats pour s’inscrivent aujourd’hui dans la geste de Nelson Mandela, des combats pour l’humanisme pour lesquels il ne faut casser de se battre ». « Nelson Mandela a su utiliser la force du Droit pour faire résonner de plus en plus fort les failles et les contradictions de la société sud-africaine, jusqu’à ce qu’elle s’effondre » a quant à lui affirmé Laurent Monbrun.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.