Search
jeudi 14 nov 2019
  • :
  • :

Conseil Municipal : les élus déodatiens ont délibéré en faveur d’un retour à la semaine scolaire de 4 jours

image_pdfimage_print

CR_CM_16032018 (1)

Le Conseil Municipal de Saint-Dié-des-Vosges s’est réuni ce vendredi soir au Grand Salon de l’Hôtel de Ville, sous la présidence du maire David Valence. Une seconde séance de l’année qui s’est ouverte par une large parenthèse consacrée aux écoles de la ville, notamment sur l’organisation du temps scolaire pour la rentrée 2018 – 2019 et l’éventuel retour à la semaine de 4 jours.

L’occasion pour l’adjointe aux Affaires scolaires Dominique Chobaut de dresser un portrait de la situation actuelle des 13 écoles déodatiennes, dont 11 sont publiques et 2 privées, qui accueillent 2187 jeunes élèves depuis la rentrée de septembre. Des effectifs globaux stables par rapport à 2014, puisque le nombre d’écoliers était de 2160 cette année là. Quant à la part des enfants scolarisés dans les 11 écoles publiques de la ville, elle est de 74,94% pour la rentrée 2017 – 2018. Ce qui représente 1639 élèves, répartis dans 79 classes. A ce propos, le nombre moyen d’enfants par classe à Saint-Dié-des-Vosges, dans le public comme dans le privé, se situe entre 20 et 26 élèves. Enfin, l’effectif moyen de l’accueil périscolaire est de 70 écoliers le matin pour 328 le soir. « L’accueil périscolaire est extrêmement apprécié » a souligné Dominique Chobaut lors de son intervention.

  • Carte scolaire du premier degré – Motion contre le retrait de 2 enseignants aux groupes scolaires Clémencet-Darmois et Ferdinant-Brunot

Dans le cadre des mesures de carte scolaire du premier degré, qui se traduisent par des ouvertures et des fermetures d’école(s) et de classe(s), le Directeur Académiques des Services de l’Education Nationale a informé la Municipalité, par lettre du 18 février 2018, des modifications suivantes pour la rentrée 2018 – 2019 :

  • 2 retraits de poste d’enseignant dans les groupes scolaires Clémencet-Darmois et Ferdinant-Brunot;
  • 3 implantations de poste d’enseignant au titre des dispositifs « CP dédoublés » dans les écoles Vincent-Auriol, Fernand-Baldensperger et Jacques-Prévert;
  • 2 implantations de poste d’enseignant au titre du dispositif « CE1 dédoublés » pour les écoles Vincent-Auriol et Fernand-Baldensperger;
  • 1 implantation d’un poste d’EANA – Enfants Allophones Nouvellement Arrivés – pour le groupe scolaire Ferdinant-Brunot.

Hier soir, le Conseil Municipal s’est opposé à l’unanimité aux suppressions des postes d’enseignants tout en donnant un avis favorable aux mesures de nature à maintenir ou améliorer les conditions de prise en charge des enfants.

  • Organisation du temps scolaire dans les écoles publiques de Saint-Dié-des-Vosges pour la rentrée scolaire 2018 – 2019

Par décret du 27 juin 2017, il est donné la possibilité aux mairies de solliciter une dérogation à l’organisation du temps scolaire selon une semaine de 4 jours et demi. A Saint-Dié-des-Vosges, si la réforme des rythmes scolaires de 2013 a permis d’organiser des temps d’activités périscolaires de qualité pour les élèves, il convient cependant de noter que les enfants, surtout les plus jeunes, ont paru fatigués par ce rythme hebdomadaire. Un constat réalisé autant par les enseignants que par de nombreux parents lors des comités de suivis annuels mis en place depuis la réforme.

De fait, la Ville a souhaité lancer une concertation sur ce sujet, via l’organisation de 7 réunions publiques pour échanger avec les parents d’élèves, en réalisant un sondage auprès des enseignants déodatiens et des associations sportives et culturelles, de même qu’en proposant une rencontre publique avec une chronobiologie et un maître de conférences en sciences de l’éducation. De plus et afin de préparer les conseils d’écoles, des parents d’élèves élus au sein des écoles ont aussi proposé des enquêtes des parents d’élèves.

De cette concertation et de ces sondages, il en est ressorti que 70% des enseignants et 70% des parents d’élèves souhaiteraient voir le retour à la semaine de 4 jours. « L’école Baldensperger a fait exception, puisque les enseignants et parents élèves se sont prononcés pour le maintien à 4 jours et demi » précise Dominique Chobaut. Compte tenu des avis exprimés, la Ville va solliciter une dérogation auprès de l’Education Nationale pour revenir à une semaine de 4 jours, puisque c’est le DASEN – Directeur Académique des Services de l’Education Nationale – qui décidera du retour, ou pas, de cette organisation scolaire.

Une décision qui n’a pas fait l’unanimité autour de la table du Conseil Municipal hier soir, notamment du côté des élus d’opposition du groupe Union Pour Saint-Dié. Pour Nadia Zmirli, « le principal argument pour le retour d’une semaine de 4 jours, aussi bien pour les enseignants que les parents, est que les enfants sont fatigués. Personnellement je n’y suis pas favorable, car la semaine de 4 jours ne respecte pas les rythmes biologiques de l’enfant et ne répond pas à leur besoin de régularité. Je suis plutôt pour une semaine avec 5 matinées, dont le samedi matin, car la faculté de concentration est plus fortes à ces moments-là. Ce sont les préconisations de Claire Lecomte, professeur de psychologie de l’éducation et chercheur en chronobiologie, que j’avais invité en 2014 et qui travaille depuis plus de 30 ans sur les temps de l’enfant. Elle avait d’ailleurs proposé de travailler avec nous. Je regrette que l’opportunité qui s’offrait à nous n’a pas été saisie, car nous avons perdu du temps. Bien plus qu’un débat, c’est une profonde réflexion sur les temps de l’enfant que nous devons avoir. » Même son de cloche pour le chef de file d’UPS Serge Vincent et Jean-Louis Bourdon.

« Je ne pense pas qu’on puisse dire que tout ce temps là a été perdu. Ce n’est pas le message que nous envoient les enseignants, ce n’est pas le message délivré dans les conseils d’école » a répondu le premier magistrat à l’élue d’opposition.

  • Travaux de voirie rue du Lieutenant Bachelier et Impasse du Kemberg

D’importants travaux de réfection des réseaux vont être réalisés sur la rue du Lieutenant Bachelier. Car chaque année, de nombreuses interventions sont réalisées sur les réseaux d’eau potable pour casses de conduites. Pour améliorer le cadre de vie des riverains, l’enfouissement des réseaux secs sera ainsi réalisé ainsi que l’aménagement complet de la voirie. Actuellement en très mauvais état, la voirie de l’impasse du Kemberg sera également reprise dans sa totalité. Au total, le montant de ces travaux s’élève à 508 744,80 euros TTC. Afin financer en partie ces travaux, la subvention la plus élevée possible sera sollicitée auprès du Conseil Départemental des Vosges.

  • Travaux d’aménagement global de la voirie rue Rovel, rue des Alliés et chemin de la Côte Callot

La Ville a prévu de réaliser des travaux de réfection des réseaux sur la rue Rovel, une partie de la rue des Alliés et du chemin de la côte Calot. Dans le cadre de sa politique d’amélioration du cadre de vie, la Ville a également prévu des travaux d’enfouissement des réseaux secs, pour reprendre ensuite la totalité de la voirie. Ces travaux, dont le coût se porte à 1 446 901,20 euros TTC, comprendront l’enfouissement des réseaux secs, la rénovation et le remplacement des réseaux d’assainissement et d’eau potable, la reprise de la voirie, la réalisation de trottoirs et la mise en place d’arbres de la côte Calot, qui passera par la même occasion à sens unique. Pour financer partiellement ces travaux, la subvention la plus élevée sera là aussi sollicitée auprès du Conseil Départemental des Vosges.

  • Création d’un Pôle d’Echanges Multimodal sur le secteur gare – Engagement de la consultation de maîtrise d’oeuvre

Evoqué à plusieurs reprises lors de précédentes séances du Conseil Municipal, la réalisation du Pôle d’Echanges Multimodal sur le secteur gare a fait l’objet d’une programmation en 2017. Ce projet prévoit la construction d’un parking de 150 à 160 places gratuites, l’aménagement d’une quarantaine d’espaces de stationnement pour les 2 roues, l’organisation de déposes minutes et des stationnements des taxis, mais aussi les aménagements périphériques accompagnant ce projet. Plus précisément l’aménagement urbain qualitatif des rues Gambetta et de la Gare ainsi que du parvis de la gare, ceci afin d’améliorer l’urbanité de ce quartier.

Toutes dépenses confondues, le budget engagé pour ces différentes opérations est de 2 894 000 euros HT, dans le respect des engagements pris en juin 2017 avec la SNCF et l’EPFL. C’est par ailleurs l’EPFL qui, après avoir acquis les terrains sur la SNCF, engagera une phase de démolition des bâtiments de dépôts de la SNCF sur lesquels seront réalisés les stationnements. Le planning de la création de ce pôle multimodal prévoit la consultation d’un maître d’ouvrage délégué, d’un maître d’oeuvre et des prestataires intellectuels dès le mois d’avril prochain, et ce pour permettre le lancement des travaux début 2019 et la finalisation des aménagements d’ici le printemps 2020. Pour contribuer au financement de ce projet, les subventions les plus élevées possibles seront prochainement sollicitées auprès de l’Etat, de la Région Grand Est et du Conseil Départemental des Vosges.

« Nous avons confié à la SOLOREM la rédaction d’un pré-programme, un document cadre qui a permis d’élaborer la consultation de la maîtrise d’oeuvre. Le double objectif de ce pôle d’échange multimodal est d’une part le réaménagement complet du secteur gare, dans le but de constituer un espace de changement de transport à la fois pratique, accessible à tous les publics et sécurisé à tous les utilisateurs. D’autre part, il s’agit de reconfigurer l’entrée et la sortie du secteur de la gare tout en y intégrant de nouvelles activités commerciales. Ce projet, qui sera financé à hauteur de 80% par l’EPFL, s’inscrit totalement dans le Plan Global de Mobilité de la Communauté d’Agglomération » détaille l’adjoint aux Mobilités Vincent Benoît au sujet du futur visage du quartier gare.

  • Aménagement d’un skatepark au parc Jean-Mansuy

Dans le cadre de sa politique sportive et de développement de nouvelles pratiques en milieu urbain, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges souhaite aménager un grand skatepark, d’une surface d’environ 1300 m², au sein du parc Jean-Mansuy du côté de l’Espace François-Mitterrand. Un projet qui s’inscrit dans la phase 2 du projet « Coeur de Ville », et donc dans la continuité du parc Simone-Veil de la rive gauche.

Ce skatepark aura notamment pour vocation de créer un lieu d’échange et de convivialité tout en offrant un lieu sécurisé et adapté aux pratiquants des sports de glisse. De skateboards bien entendu, mais aussi de trottinettes, rollers et autres BMX, sachant que l’organisation de compétitions est d’ores et déjà envisagée. « Les arbres déjà présents seront préservés et le skatepark sera réalisé en béton afin de limiter les nuisances sonores. Le montant de ce projet se porte à 504 600 euros TTC, ce qui inclut les études et les travaux d’aménagement du skatepark » précise l’adjoint aux Sports Nicolas Blosse. Et comme pour le pôle multimodal du quartier gare, les subventions les plus élevées seront sollicitées auprès de l’Etat, au titre du contrat de ruralité, de la Région Grand Est et du Conseil Départemental des Vosges pour contribuer financièrement à l’aménagement de ce skatepark.

Pour l’opposition, le coût de cet investissement est cependant trop élevé. « Nous étions également favorables à l’aménagement d’un équipement de ce type, mais pas à un tel coût. En début de mandat, il a été insisté sur les difficultés financières rencontrées par la Ville. Nous sommes donc en droit de nous interroger sur le fait que ce soit la Ville seule qui porte cet investissement, et non la Communauté d’Agglomération » estime pour sa part Christine Urbès, avant d’ajouter que « en raison des caractéristiques d’attractivité de cet équipement, dans l’intérêt des Déodatiens nous allons voter favorablement à la demande de subvention. »

Une fois le dernier des points inscrits à l’ordre du jour abordé, la séance s’est conclue par des questions diverses, cette fois-ci au nombre de 2.

CR_CM_16032018 (2)

  • Questions diverses

Question de Christine Urbès : « Monsieur le maire, pouvez-vous nous expliquer pour le terrain de rugby n’est pas utilisable malgré les travaux importants qui ont été réalisés en 2017 ?»

Réponse de Patrick Zanchetta : « Les travaux ont débuté le 5 septembre 2017 pour se terminer le mois suivant. D’un montant de 139 406 euros TTC, ces travaux consistaient en l’installation d’un puits pour faire fonctionner le système d’arrosage automatique ainsi que d’un drainage sur l’ensemble du terrain. Depuis le début du chantier, nous sommes en concertation avec l’équipe de rugby. Le terrain sera opérationnel d’ici le début du mois de juin. Compte tenu de la météo, nous avons préféré être prudents et attendre un peu plus longtemps que prévu. »

Questions de Sébastien Rochotte : « Les commerçants de la rue Dauphine ont été surpris d’apprendre que leur rue allait faire l’objet d’importants travaux. Ils auraient aimé être associés à ce projet afin de pouvoir exprimer leurs besoins et leurs attentes. A défaut de concertation, pouvez-vous fournir un plan des futurs aménagements de cette rue commerçante ? »

Réponse de Patrick Zanchetta : « le projet de réaménagement de la rue Dauphine résulte d’une nécessité d’y faire passer le réseau de chaleur. L’ensemble des aménagements de cette rue, que ce soit les luminaires ou les enrobés, est vétuste et nécessite un remplacement total. Coupler cet aménagement avec les travaux du réseau de chaleur permet de réduire la gêne occasionnée aux riverains et commerçante tout en permettant de réaliser des économies. Le projet qui sera présenté prochainement ne modifie pas le fonctionnement actuel de la chaussée. Ce projet intègre une piste cyclable, une sécurisation des passages piétons, une accessibilité aux personnes en situation de handicap et la plantation d’arbres. Nous n’avons toutefois pas attendu votre question pour informer les commerçants, car nous avons organisé une réunion publique et distribué des tracts dans les boîtes aux lettres. Nous avons également rencontré les commerçants lundi après-midi. Ce travail d’information a donc déjà été fait. »

J.J.




Une réaction sur “Conseil Municipal : les élus déodatiens ont délibéré en faveur d’un retour à la semaine scolaire de 4 jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.