Search
mercredi 24 juil 2019
  • :
  • :

L214 et ADAE sensibilisent les passants de la rue Thiers aux alternatives à la viande

image_pdfimage_print
Journée_Sans_Viande_ADAE_L214 (5)

Une douzaine de bénévoles des associations M214 Ethiques&Animaux et ADAE ont sensibilisé les passants de la rue Thiers aux différentes alternatives à la viande.

Les militants des associations L214 Ethiques&Animaux et ADAE – Association pour la Défense Animale dans l’Est – et étaient de retour à Saint-Dié-des-Vosges ce samedi après-midi, où ils ont à nouveau sensibilisé les passants de la rue Thiers aux différentes alternatives à la viande.

Une action qui s’inscrivait dans le cadre de la 34ème édition de la Journée sans viande, ou la version francophone de la campagne internationale MeatOutDay lancée en 1985. Au menu : distribution de tracts sur pourquoi refuser la viande et comment la remplacer dans son alimentation, stand d’information sur ces alternatives, quiz ludique sur l’alimentation végétale et inscriptions au veggie challenge, un challenge de 21 jours estampillé « vegan« . Le tout avec un grand zeste de bonne humeur et de convivialité. Car il n’était pas ici question de culpabiliser le public déodatien, au contraire, mais d’informer et d’échanger autour des  nombreuses alternatives à la viande qui existent à l’heure actuelle, comme les céréales, le tofu, le seitan, le lupin ou le tempeh.

« Il faut savoir qu’au cours de sa vie, un Français comme en moyenne l’équivalent de 1400 animaux terrestres. Un chiffre qui n’inclut pas les plusieurs milliers de poissons. Notre appétit pour la viande est lourd de conséquences, car cela implique notamment une dégradation de l’environnement et des risques accrus pour la santé. Mais aussi et avant tout, notre régime carné entraîne chaque jour la mise à mort de 3 millions d’animaux terrestres dans les abattoirs et de plusieurs dizaines de millions d’animaux aquatiques, et ce rien qu’en France. A l’échelle mondiale, ce sont ainsi 63 milliards d’animaux terrestres et plus de 1000 milliards d’animaux marins qui sont tués chaque année. Ces animaux sont élevés et tués dans des conditions extrêmement brutales, violentes et injustes. Ce que les enquêtes de L214 ont régulièrement mis en lumière ces dernières années » rappelle Caroline Abate, coordinatrice locale pour L214 et porte-parole de l’ADAE.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.