Search
lundi 9 déc 2019
  • :
  • :

« Ville Masquée », ou un après-midi jeune public autour de l’architecture au musée Pierre-Noël

image_pdfimage_print

Ville_Masquée_Musée_Pierre_Noël (2)

Mercredi après-midi, en ce dernier jour de février, une douzaine d’enfants âgés de 6 à 12 ans ont participé à « Ville Masquée », un après-midi tourné vers le jeune public proposé par le musée Pierre-Noël.

Un après-midi mêlant l’architecture à carnaval animé par Jennifer Fangille, chargée de médiation, à travers une approche pédagogique et ludique. C’est dans la salle d’exposition temporaire que les jeunes participants se sont tout d’abord retrouvés, où à travers l’exposition « La seconde reconstruction à Saint-Dié-des-Vosges », ils ont pu en apprendre plus sur la destruction de Saint-Dié, incendiée par l’armée allemande en novembre 1944, ainsi que sur son projet de reconstruction, qui a été confié à l’architecte nancéien Jacques André. L’occasion d’évoquer également l’oeuvre de son confrère suisse Charles-Edouard Jeanneret-Gris, plus connu sous le pseudonyme Le Corbusier, qui avait proposé lui aussi un plan de reconstruction de la ville au sortir de la guerre.

Direction l’espace jeune public ensuite, à quelques mètres de là. Après une présentation des différents matériaux et outils utilisée par les architectes, les enfants ont découvert le travail de 2 illustrateurs strasbourgeois, Vincent Godeau et Agathe Demois, au travers d’une installation intitulée « Cache cache ville » (voir ici). Cette installation permet aux enfants de s’immerger dans un espace urbain tout de rouge et riche en surprises. Car à l’aide d’une loupe, on peut y découvrir la vie se cachant derrière les murs des maisons… et par la même occasion des situations à la fois drôles et poétiques.

« L’espace jeune public est réellement dédié à la découverte de l’architecture. Il vise à éveiller leur imaginer sur toutes les possibilités qu’offrent ce domaine artistique. Ils peuvent créer leur ville, écrire leur bâtiment, s’approprier les matériaux pour mieux appréhender ensuite leur environnement urbain, etc. J’ai donc imaginé les dispositifs et les menuisiers municipaux ont quant à eux fabriqué les différents éléments en bois nécessaires » précise Jennifer Fangille, avant d’inviter l’assemblée à se rendre quelques marches plus bas pour prendre part à un atelier de fabrication de masques de carnaval. Des masques colorés intégrant des dessins de bâtiments tout droit sortis de l’imagination des bambins. Tous se sont enfin retrouvés autour d’un grand goûter fait de crêpes.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.