Search
jeudi 18 juil 2019
  • :
  • :

Des élèves du collège Vautrin-Lud sensibilisés aux violences scolaires par France Victimes 88

image_pdfimage_print

Intervention_France_Victimes_88_Violences_Collège (3)

L’association France Victimes 88, que préside Chantal Weill, dispose depuis l’été dernier de locaux déodatiens, installés au sein du quartier de l’Orme.

Des locaux situés tout proche du collège Vautrin-Lud, où les 175 élèves des 8 classes de 6ème se sont succédés lors de 3 matinées de sensibilisation, dont la troisième et dernière s’est déroulée pas plus tard que ce lundi. A raison de sessions de 30 minutes chacune, les collégiens ont été sensibilisés par Emmanuelle Claudel et Audrey Gérard, respectivement juriste et psychologue de l’association. sur le thème de la violence scolaire, suite à l’agression de 2 élèves de l’établissement il y a de cela plusieurs mois. « Bien entendu, la violence n’est  pas présente qu’à Vautrin-Lud, mais dans bien d’autres collèges » insiste Claude Buchoud, trésorier de France Victimes 88.

Lors de cette action de sensibilisation, les adolescents, par ailleurs très réceptifs à la thématique abordée, étaient invités à s’exprimer sur la violence et ses différentes formes. La violence physique bien entendu, mais aussi la violence verbale et morale… et d’aborder par extension le harcèlement et ses conséquences. Des conséquences dont ont pleinement conscience les collégiens, puisque c’est eux qui ont spontanément lancé les termes de suicide ou d’auto-mutilation ce matin.

L’occasion pour les 2 intervenantes de rappeler que les réseaux sociaux doivent être utilisés avec une grande prudence, car les insultes et le harcèlement y sont encore plus fréquents qu’au sein d’un établissement scolaire. « Avec les réseaux sociaux, le harcèlement se poursuit en dehors des murs de l’école, du collège ou du lycée? Il est donc important de ne pas rester seul et de se tourner vers un adulte lorsque l’on est victime de harcèlement et/ou de violence » ont souligné Emmanuelle Claudel et Audrey Gérard lors de leur intervention, tout en précisant qu’« il faut identifier la différence entre des chamailleries entre camarades et une situation de violence. Il faut également savoir dire stop lorsqu’une limite est franchie. »

A l’avenir, France Victimes 88 a pour projet de mener des actions similaires avec d’autres établissements scolaires déodatiens.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.