Search
dimanche 15 déc 2019
  • :
  • :

L’alliancier Orest à la rencontre des élèves en Bac Pro Technicien d’Usinage du lycée Georges-Baumont

image_pdfimage_print

Orest_Lycée_Georges-Baumont (3)

Basé à Erstein, dans le Bas-Rhin, l’alliancier Orest est l’un des leaders français de la joaillerie. L’entreprise, qui emploie environ 360 personnes sur son site alsacien, répartit son activité entre la création d’alliances – or et diamant – et la production de joailleries pour de grandes maisons de luxe, notamment de la Place Vendôme.

Réalisant un chiffre d’affaires à hauteur de 60 millions d’euros avec une croissance annuelle de 15%, Orest peine cependant à recruter suffisamment. La faute à une très forte demande dans le secteur de l’usinage sur le bassin alsacien. C’est pour cela que Denis De Becker, directeur général et président de l’entreprise, est venu rencontrer ce mardi matin les 30 élèves de la section Bac Pro Technicien d’Usinage du lycée Georges-Baumont, accompagné de la directrice des ressources humaines Anne Maida.

« Nous recrutons de l’ordre de 40 personnes par an en prenant en compte le turn-over, de l’opérateur machine jusqu’à l’ingénieur développeur en passant par le sertisseur, le polisseur et bien entendu le joaillier. Les profils recherchés sont autant les détenteurs d’un Bac Professionnel, que d’un BTS ou d’un diplôme d’ingénieur. Nous réalisons par ailleurs de gros investissements sur la formation, avec notamment une école en interne pour former les joailliers » explique Denis De Becker lors de sa visite au lycée polyvalent déodatien, la première.

« J’ai eu l’idée de cette visite après avoir vu des vidéos sur Facebook publiées par Eric Ringenbach, l’un des professeurs d’usinage de l’établissement. Et puis je connais bien Saint-Dié-des-Vosges car j’y habite depuis maintenant des années. Le but de cette démarche étant de présenter Orest aux lycéens tout en leur expliquant que l’usinage automobile n’est finalement pas très différent de la joaillerie. Ce ne sont certes pas les mêmes matières qui sont travaillées, mais les procédés restent similaires dans leurs grandes lignes. A l’heure actuelle, la joaillerie est un secteur dynamique, qui recrute et qui propose des débouchées. »

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.