Search
vendredi 22 fév 2019
  • :
  • :

Conseil Municipal : odonymie, rue Dauphine, carte scolaire et questions diverses à l’ordre du jour

image_pdfimage_print

CR_CM_04022019 (2)

Le Conseil Municipal de Saint-Dié-des-Vosges s’est réuni ce soir, en ce lundi 4 février, au Grand Salon de l’Hôtel de Ville sous la présidence du maire David Valence. Pour cette première séance de l’année 2019, les élus déodatiens se sont penchés sur un ordre du jour léger, qui comportait seulement 12 points. La réunion s’est conclue par les questions diverses, au nombre de 3 cette fois-ci.

  • Odonymie – Voeu sur la dénomination du Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges

Une consultation publique a été lancée il y a quelques semaines afin de baptiser le Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges, sachant que « Saint-Charles » n’est actuellement qu’une dénomination officieuse. Cependant, la direction de l’hôpital n’a pas estimé cette concertation comme étant concluante. Suite à une proposition de la commission d’odonymie déodatienne, le Conseil Municipal a exprimé ce soir le voeu de baptiser officiellement l’hôpital déodatien Centre Hospitalier Saint-Charles. Ce voeu sera ensuite transmis au Conseil de Surveillance de l’établissement de santé.

  • Fonds d’indemnisation des commerces de la rue Dauphine

La rue Dauphine a fait l’objet de 2 phases de travaux au cours de l’année 2018. Aux travaux portant sur le chauffage ont succédé, à partir du mois de juillet, de travaux de réhabilitation les réseaux souterrains – eau et assainissements – encore non terminés à ce jour. En raison d’imprévus et des importantes difficultés rencontrées dans le déroulement des travaux, le retard accumulé a occasionné une gêne conséquente pour les commerces implantés le long de cette rue du centre-ville, engendrant de fait une baisse de leur fréquentation… et donc de leurs chiffres d’affaires respectifs.

Compte tenu du caractère exceptionnel de la durée du chantier, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges a décidé de prendre une mesure pour soutenir les commerçants impactés. A travers la signature d’une convention entre la Ville et la Chambre de Commerce et d’Industrie des Vosges, ce qui a été approuvé à l’unanimité par le Conseil Municipal ce lundi, un fonds d’indemnisation à l’amiable en faveur des commerçants dits « de détail » sera prochainement créé.

Concrètement, une enveloppe de 60 000 euros maximum sera consacrée à cette mesure de soutien. Une Commission d’Indemnisation à l’Amiable sera chargée du suivi et de la gestion de ce fonds. L’instruction des dossiers et leur présentation devant la commission sera assurée par la CCI des Vosges, qui réalisera cette prestation pour 4200 euros. Quant aux sommes versées, leur montant sera fixé au cas par cas, après étude d’un dossier dument rempli par chaque commerçant concerné. Et bien que d’autres dossiers pourront être étudiés au cas par cas, les dossiers prioritaires seront ceux déposés par les commerçants de la rue Dauphine.

Avant de procéder au vote, la conseillère municipale du groupe d’opposition Union Pour Saint-Dié Christine Urbès a souhaité s’exprimer sur ce sujet. « On peut regretter la situation des commerçants, mais on pourrait aussi parler des professions libérales et des habitants. Ce qui est dommage dans cette commission, c’est qu’il n’y que la Ville et la CCI des Vosges qui seront représentées. Il aurait fallu laisser une place pour la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Vosges et pour l’opposition. Car il y a également des artisans implantés dans cette rue. Cela auront donc aurait été bien qu’il y ait eu davantage de concertation, notamment avec les habitants et commerçants qui subissent les travaux tous les jours. Car on est tout de même sur une grande modification d’une rue du centre-ville. De plus, on nous a signalé que quand une voiture croise par exemple une camionnette dans la partie réduite de la rue, cela peut poser problème pour les rétroviseurs. »

Dans sa réponse à l’élue d’opposition, le maire a tenu à souligner que « des réunions d’information ont été organisées et des flyers explicatifs quant à ce chantier ont été distribués aux habitants et commerçants. On peut de toute façon faire toujours mieux en matière de concertation. Ce que l’on peut regretter cependant, c’est qu’il y ait du retard sur les travaux. On a fait le choix de considérer que ce sont les commerces de détail qui étaient particulièrement impactés, et non les professions libérales, sachant que nous sommes allés voir ce qui se faisait ailleurs, dans d’autres villes. Sur le rétrécissement de la voie, cela est volontaire pour permettre un ralentissement de la circulation des véhicules. Ce qui supposera peut-être une réflexion ou un panneau pour établir une priorité dans le sens montant ou descendant. »

Toujours à ce sujet, le conseiller municipal Michel Cacclin, également du groupe d’opposition Union Pour Saint-Dié, préconise quant à lui de réduire la limitation de vitesse à 30 km/h, comme c’est déjà le cas rue Thiers, ainsi que la réalisation de passages piétons en 3 dimensions. « Limiter la circulation à 30 km/h est une proposition intéressante, qui sera étudiée. En ce qui concerne les passages piétons en 3 dimensions, je laisserai l’adjoint aux Travaux se pencher sur cette question » lui a répondu David Valence.

Avis sur la carte scolaire du premier degré

Par courrier du 7 janvier 2019, le directeur académique des services de l’Education Nationale a informé la Ville de Saint-Dié-des-Vosges des éléments portés à sa connaissance, les effectifs susceptibles d’y être scolarisés, l’école élémentaire Paul-Elbel peut faire l’objet d’une suppression de poste d’enseignant pour la prochaine rentrée scolaire de septembre. Hier soir, les élus déodatiens de la Majorité se sont prononcés contre cet éventuel retrait d’emploi, le groupe d’opposition Union Pour Saint-Dié s’abstenant sur ce point. A noter que si ce poste venait effectivement à être supprimé, un poste de remplaçant à l’échelle de la ville sera dans tous les cas créé.

« L’effectif de l’école élémentaire Paul-Elbel est de 130 élèves pour la rentrée 2018-2019, avec une prévision de 119 élèves répartis en 5 classes pour la prochaine rentrée de septembre. Soit 24 élèves par classe, ce qui est un chiffre tout a fait acceptable » précise l’adjointe aux Affaires scolaires Marie-José Loudig. Et Serge Vincent, chef de file groupe Union Pour Saint-Dié, de s’interroger quant à lui sur « la pertinence de se battre pour conserver ce poste alors que le nombre d’écoliers par classe dans cette école du centre-ville restera très raisonnable. »

CR_CM_04022019 (1)

  • Questions diverses

Questions de la conseillère municipale du groupe Union Pour Saint-Dié Sophie Taesh : « Nous vous avons déjà interpellé sur la dangerosité de la rue d’Epinal. Nos inquiétudes étaient malheureusement fondées car, fin décembre, un véhicule a gravement endommagé une voiture stationnée le long de cette route. Que comptez-vous faire pour rassurer les riverains ? »

Réponse du premier adjoint Bruno Toussaint : « La rue d’Epinal est traversée par une route départementale, la RD420. Le 16 janvier dernier, la Police Municipale a rencontré une personne victime d’un accident dans cette rue. Cette personne a souhaité l’aménagement d’un ralentisseur, mais cette décision appartient à la Direction des Routes du Département des Vosges. Une rencontre aura d’ailleurs prochainement lieu avec une personne de la DRD, qui pourra je pense nous proposer des solutions. A savoir que 4 contrôles ont été récemment menés sur cette axe, lors desquels une seule infraction a été relevée. A savoir aussi qu’en 2018, la vitesse moyenne relevée avec le radar pédagogique était de 53 km/h au lieu de 50 km/h, et ce après le contrôle d’environ 40 000 véhicules. A savoir enfin que les plus grands excès de vitesse à cet endroit ont lieu de nuit. Nous avons de toute façon prévu de renforcer les contrôles de vitesse sur cet axe. »

Question de la conseillère municipale du groupe Union Pour Saint-Dié Christine Urbès : « La Tour de la Liberté, symbole du bicentenaire de la Révolution, signée de l’architecte Normier, a rejoint la ville de Saint-Dié-des-Vosges il y a 30 ans. Elle s’est inscrite dans le paysage déodatien. Depuis 2014, vous avez engagé un programme autour du parc mais à aucun moment vous n’avez annoncé de travaux au niveau de la Tour de la Liberté. Les Déodatiens peuvent constater que son état nécessite un entretien régulier avec, entre autre, la présence visible de rouille. Pouvez-vous nous indiquer si un état des lieux de la Tour a été réalisé et si des travaux sont envisagés ? »

Réponse de l’adjoint aux Travaux Patrick Zanchetta : « En introduction de ma réponse, je vais vous présenter quelques données. La Tour de la Liberté a été inaugurée le 14 juillet 1990. Egalement baptisée « cathédrale de l’espoir », elle mesure 36 mètres de haut, à une envergure de 32 mètres et pèse 1400 tonnes. Des travaux ont bien entendu été entrepris sur cette structure. A titre d’exemple, en 2013 la précédente Municipalité avait fait remplacer les ailes pour environ 192 000 euros et fait refaire la peinture pour environ 51 000 euros. Dès l’année suivante et jusqu’en 2018, nous avons engagé des travaux également, comme la remise en état de l’ascenseur, le remplacement des stores intérieurs, la reprise des éclairages pour la tour d’escalier autour de l’ascenseur, l’amélioration du chauffage et de la climatisation par Dalkia, et les nombreux travaux réalisés en régie… nous avons donc dépensé de l’ordre de 20 000 euros ces 4 dernières années. Dans les années à venir, nous devrons faire remplacer le faisceau d’éclairage. Au final, la réfection totale de l’éclairage de la Tour de la Tour de la Liberté coûtera environ 130 000 euros. Enfin, un contrôle de la structure a été effectué en 2016 et le résultat quant à la rouille est très positif. »

Question de la conseillère municipale du groupe Saint-Dié Avenir Jacqueline Thirion : « Lors de la cérémonie des voeux aux Déodatiens, lundi 7 janvier 2019, vous avez remercié les femmes pour leur soutien. Des événements sont-ils envisagés cette année afin de souligner leur importance dans la vie de la cité ? »

Réponse de l’adjointe aux Affaires sociales Françoise Legrand : « Cette année, nous avons décidé de donner une ampleur toute particulière aux actions menées en faveur des femmes. Outre la journée du 20 octobre, qui sera consacrée à la lutte contre le cancer, et celle du 25 novembre à l’occasion de la journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes, le vendredi 8 mars donnera lieu à de nombreuses animations à différents endroits de la ville autour du thème de « l’engagement des femmes du territoire, et ce dans le cadre de la Journée des droits des femmes.. »

J.J.

CR_CM_04022019 (3)




2 réactions sur “Conseil Municipal : odonymie, rue Dauphine, carte scolaire et questions diverses à l’ordre du jour

  1. antoine hubert

    bonjour mr antoine hubert a st die rue dauphune question a qui faut sadresser pour une aide pour une perssonne qui bessoin dune aide perssonne qui a un handycape phicique mon telephone 0329552177 merci dapporter une reponce antoine hubert rue dauphine st die des vosges

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.