Search
jeudi 14 nov 2019
  • :
  • :

La chimie, une filière d’avenir dans le Grand Est

image_pdfimage_print

Chimie_Filière_Avenir_Lycée_Georges-Baumont (5)

Dans le cadre de « l’Année de la Chimie, de l’Ecole à l’Université », qui s’inscrit dans la continuité de la Semaine de l’Industrie, une table-ronde intitulée « La chimie, une filière d’avenir » s’est tenue ce jeudi matin au sein de l’amphithéâtre de l’IUT déodatien, organisée par le lycée Georges-Baumont et France Chimie Grand Est.

Une table-ronde à laquelle ont assisté environ 150 élèves du lycée polyvalent, des sections S – SVT, S – Sciences de l’Ingénieur – Sti2D, Chaudronnerie et Maintenance industrielle, et que s’est chargée d’animer Laurent Bedel, vice-président de France Chimie Grand-Est et directeur de Elbée Technologies à Saint-Dié-des-Vosges. A cette occasion, ce dernier avait invité Michel Guene, fort de son expérience de plus de 30 ans dans la chaudronnerie industrielle, Alexis Beatrix, fondateur d’une start-up spécialisée dans la digitalisation de l’industrie, Nicholas Lee, secrétaire général de France Chimie Grand Est, et Benoît Pierrat, en sa qualité de vice-président de las Communauté d’Agglomération délégué au Développement économique.

Le triple objectif de cette matinée placée sous le signe de la chimie étant à la fois de lever les préjugés des lycéens vis à vis de cette filière, de promouvoir auprès de ces mêmes lycéens un secteur d’activité qui embauche, de mettre en lumière les sites de la chimie industrielle implantée sur le territoire de la Région Grand Est… Car la chimie est une filière d’avenir, tout particulièrement dans l’Est de la France.

Un point sur lequel a insisté Jean-Marc Fantoni, directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques du lycée Georges-Baumont, en introduction de la table-ronde. Et de souligner également que « dans le Grand Est, la chimie représente 231 entreprises regroupant plus de 16 000 employés, avec environ 20 créations d’entreprises par an, des emplois pérennes à 95% dont 84% sont en CDI. Le tout pour une croissance de l’ordre de 4,8% en 2017. L »industrie de la chimie recherche des compétences diverses. Outre les métiers directement liés à la transformation des produits chimique, il existe de nombreuses professions transversales en tension. Le lien est donc tout trouvé avec le lycée Georges-Baumont, car nous formons ou préparons à ces compétences. »

Isabelle Martin, référente Culture et Politique de la Ville pour le lycée déodatien et l’une des coordinatrices de la table-ronde avec Laurent Bedel et Jean-Marc Fantoni, de préciser quant à elle qu’en amont de la matinée, 30 élèves sur la base du volontariat ont visité ce mardi 26 mars le site industriel NOVACARB, implanté à Laneuville-devant-Nancy.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.