Search
mardi 27 oct 2020
  • :
  • :

Vosges – Nouvelle manifestation à Epinal des associations d’aide aux réfugiés

image_pdfimage_print

P1510091

Ce vendredi matin, les associations d’aide aux réfugiés Asil’accueil88 et la Ligue des droits de l’homme étaient rassemblées devant la préfecture d’Epinal. Ils regrettent que de nombreux exilés déboutés soient encore dans la rue.

Expulsés de leurs hôtels, une trentaine de déboutés se retrouvent à la rue. Les associations d’aides aux réfugiés regrettent ces situations. Pourtant, selon elles, une dizaine de dossiers ont été traités par l’administration depuis l’occupation, la semaine dernière, de la Basilique d’Epinal.

« Difficile de s’y retrouver entre les versions de la préfecture, de la DDCSPP, du 115, des hôteliers. Au moins avons-nous touché des interlocuteurs pour faire entendre la souffrance et l’incompréhension des personnes et familles concernées ainsi que des accompagnants bénévoles. Tout en reconnaissant la responsabilité et l’autorité de l’Etat, nous avons vérifié que certains décideurs étaient dans la méconnaissance totale des situations et que la coordination entre les différents organismes était complètement à revoir. C’est pourtant cette instance de concertation départementale que nous n’avions cessé d’appeler de nos vœux depuis plusieurs années, notamment à travers le « document d’alerte » rédigé en 2017.  Il a donc fallu obtenir que chaque dossier soit revu et traité. Ceci a commencé avant-hier, avec la recherche de solutions adaptées pour une partie de cette population, ce dont nous nous réjouissons, même à titre provisoire. » explique Jean-Louis Didelot de l’association Asil’Accueil 88.

Les associations ont aussi constaté des incohérences. » Ainsi pour plusieurs personnes du même hôtel, comment comprendre que 3 d’entre elles soient transférées dans une structure à Neufchâteau et la 4è, maman de deux enfants en famille d’accueil, soit mise à la rue ? De même le sort d’une vieille personne n’est toujours pas réglé malgré les promesses faites. Quant aux jeunes adultes accompagnants leurs parents parfois en grave situation de santé, comment comprendre qu’on leur interdise un hébergement au sein de leur famille qui évidemment ne coûte rien, sinon pour mettre la pression à tous. » poursuit-il.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.