Search
mercredi 21 oct 2020
  • :
  • :

Réponse de la direction du Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges à la lettre ouverte des médecins et de l’intersyndicale

image_pdfimage_print

Les médecins et l’intersyndicale du Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges ont récemment exprimé leurs inquiétudes quant à l’avenir de l’hôpital déodatien dans une lettre ouverte (lire notre précédent article). Suite à la publication de cette lettre, Pierre Tsuji, directeur de la Communauté d’Etablissements de la Déodatie, s’est exprimé au nom de la direction de l’établissement via le communiqué ci-dessous, daté du 2 mai :

Réponse_Pierre_Tsuji_Lettre_Ouverte_CHSDDV_01Réponse_Pierre_Tsuji_Lettre_Ouverte_CHSDDV_02




9 réactions sur “Réponse de la direction du Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges à la lettre ouverte des médecins et de l’intersyndicale

  1. REALITE

    le numerus clausus n’est pas du au lobby des médecins comme vous dites mais décidé par des énarques pour faire des économies à la Sécu!! « moins de médecins, moins de consommateurs » selon leur logique!!!il ne faut pas dire n’importe quoi!

    répondre
    1. houlà.

      On va dire qu’ils s’y sont mis à deux.

      Ne voulant pas scier la branche sur laquelle ils sont assis, le syndicat de medecins était bien évidemment contre une augmentation du numerus clausus.
      Et comme d’hab, la priorité n’étant pas de gouverner surtout mais de ne pas s’aliéner des votants, les politiques ont baissés le bénard.
      Résultat des courses, 30 000 médecins étrangers ( sur un total
      de 250 000 ) ont pris des postes qu’auraient pu occuper 30 000 jeunes français.

      répondre
      1. SENIORITA

        Je suis tout à fait d’accord avec vous houlà…. future seniore pratiquement la soixantaine

        je me demande comment je serai soignée d’ici qq années,
        medecins généralistes en manque énorme,
        si à l’hôpital nous manquons de médecins pour faire fonctionner des services de soins y compris les urgences qui se retrouvent avec des urgentistes pas terribles , pas tous mais qqfois c’est le cas…….
        çà va être difficile de vieillir et les politiques ont fait n’importe quoi …
        L’augmentation des besoins de soins depuis les années 1990 est énorme et ne pas avoir prévu cela est incroyable plus le départ à la retraite c’est du gros n’importe quoi….
        les économies toujours les économies sont un prétexte…. nos jeunes ne trouvent pas toujours du travail et cette recrudescence de médecins étrangers est ce normal ??
        en tout cas nombreux d’entre nous ne retrouvent oas de médecin traitant apèrs le départ à la retraite de leur médecin
        et se retrouvent à devoir payer 70 % de leurs consultations hospitalières ou radios ou….. s’ils n’ont pas déclaré de médecin traitant à la sécu
        mais comment faire puisqu’ils n’en trouvent pas
        et la plupart du temps ce ne sont pas ceux là qui abusent de la sécu

        aye aye aye

        répondre
        1. houlà.

          Comme mon commentaire de ce matin le précise,nous payons les cagades des années 80.
          Ce n’était pourtant pas compliqué pour les hauts fonctionnaires du ministère de la santé de l’époque, de faire une simulation sur ce qui allait se passer à l’horizon 2010 avec une telle politique.

          répondre
  2. HISTORIQUE

    il s’agit en fait du »syndicat autonome des enseignants de Medecine »qui l’a proposé pour une meilleure qualité de l’enseignement! le nombre des étudiants étant passéde 35000 en1963 à 59800 en1967 soit 69% d’augmentation!

    répondre
    1. houlà.

      Le numerus clausus est évolutif.
      De plus de 8000 dans les années 70,il est descendu à moins de 4000 dans les années 90 pour remonter à 8000 et plus à partir des années 2000.
      Comme la formation d’un médecin dure 10 ans, nous payons actuellement le « trou » des années 80.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.