Search
jeudi 21 nov 2019
  • :
  • :

HarmoniZ’n You, la mini-entreprise du lycée Georges-Baumont, à l’heure du bilan

image_pdfimage_print

AG_Clôture_HarmoniZ'n_You (4)

Pour rappel, HarmoniZ’n You est la dernière mini-entreprise en date du lycée Georges-Baumont qui, comme les précédentes, s’inscrit dans le cadre du dispositif EPA – Entreprendre Pour Apprendre – (lire notre article de présentation).

Composée de 14 élèves de filières et d’âges différents, cette SCOP – Société Coopérative Ouvrière de Production – a conçu, développé et commercialisé le 128, un stimulateur cutané par résonance permettant de ré-harmoniser le corps par la diffusion d’une fréquence de… 128 Hz. Une fréquence qui correspond à la fréquence moyenne d’équilibre des 12 méridiens principaux, selon les principes de pratiques traditionnelles chinois. Ce produit de bien-être, et non médical, permet par exemple d’entretenir et prolonger les effets entre 2 séances d’acupuncture, ou d’intervenir en auto-traitement sur des pathologies du quotidien, telles que le stress ou l’angoisse.

Derrière le « 128 » se cache une véritable aventure entrepreneuriale, qui a notamment emmené les lycéens à défendre leur création lors du championnat régional des mini-entreprises. Le titre de champion régional, catégorie « Lycée », et le prix « Concepteurs d’avenir » en poche, les jeunes entrepreneurs ont pris part aux qualifications pour représenter la France au championnat d’Europe des mini-entreprises, avec cependant moins de succès puisqu’ils n’ont pas ramené le titre de champion de France en terres déodatiennes. Ils se rendront néanmoins à ces championnats, qui se dérouleront du 3 au 4 juillet prochains à Lille. De plus, ils ont également pris part au championnat online de la mini-entreprise, pour lequel ils devaient s’exprimer, par visioconférence, en anglais. Là aussi, les adolescents n’ont pas remporté de titre.

Mais comme ces derniers l’ont souligné ce lundi du temps de midi, lors de l’assemblée générale de clôture de HarmoniZ’n You, « ce projet fut avant tout une belle aventure, une très belle expérience, qui nous a permis de rencontrer de nouvelles personnes et de faire connaissance entre élèves de classes différentes. Avec du recul, le « 128 » était peut-être un produit trop complexe, car comportant une partie électronique. Mais cela nous » Un bilan largement positif approuvé par Olivier Odille, proviseur de le lycée polyvalent déodatien.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.